Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juillet 2010 7 11 /07 /juillet /2010 16:19
JEDDAH – Seven years ago Sumaya Al-Thaqafi and her husband were cruising in their car on the eastern Ring Road in Jeddah when they passed one of several ranches in the area.
Seeing horses being taken out for a trot, she asked her husband to stop.
Sumaya wanted to try the horse riding.
Women are not allowed to drive cars in Saudi Arabia, but horseback riding is acceptable.
“I just wanted such a unique experience,” Sumaya said about the 10-minute horseback ride that changed her life.
“A Saudi equestrian coach helped me get on to the horse. Then, grabbing the bridle, he started escorting me around the ranch paddock. I was scared.”
But 10 minutes later, Sumaya had made up her mind.
“I decided to take a course on horse riding.”
Today, Sumaya is one of a few Saudi women who have taken to equestrianism, a recreational sport that, in competition, involves such intensely contested events as dressage and show jumping where poise and polish matter as much as control.
More Saudi women are expected to take to the sport after Arwa Mutabagani, an accomplished Saudi equestrienne, became the first woman to be named to the board of the Saudi Arabian Equestrian Federation last April.
For Sumaya, in her mid-twenties and a mother of two, horseback riding was a welcome distraction from her full-time job as a journalist with a local daily. After getting a diploma in Journalism from The London School of Journalism (LSJ), she had started out as a columnist with Al-Madina Arabic daily in 2004 and soon moved to reporting to specialize in sports, especially horse riding.
Learning how to ride a horse was not easy, Sumaya said. She spent a month just learning how to use the horse tacks – the saddles, stirrups, bridles, halters, reins, bits, harnesses, martingales, and breastplates – and to get on the saddle using the stirrups.
Then followed practice on how to sit firmly on the saddle. The second training phase, which lasted around six months, was about the four basic gaits for a rider.
“I started to practice riding the horse with a four-beat walk ride,” she said. “The next level was two-beat trotting. Then came cantering with a three-beat gait. The fourth and most professional gait was galloping at a speed averaging from 40 to 50 kilometer per hour.”

Peculiar problem
But before all that Sumaya had to solve a peculiar problem of the rider’s apparel. On the advice of Humayed, her equestrian coach, she had spent around SR1000 for a show jacket, shirt, breeches and helmet. “I went for the Indian brand because I could not afford the English ones at that time,” she said.
But then she tried out the tight breeches, she found it quite unbecoming of her.
“I had no problem wearing the rest of the apparel but I didn’t want to be seen in the very tight breeches, especially in front of men,” she said. “I tired to wear an Abaya over the breeches but unfortunately it didn’t work.”
Sumaya was in a quandary. She loved horseback riding but did not want to ride in tight breeches. “Luckily, one day while I was in the car I saw an Indian man on a bike and he was wearing the Punjabi garment (the shalwar-kameez).
I noticed that his kameez covered most of the legs as he rode, and I decided then and there that that was the garment for me, to cover my legs and which didn’t affect my Islamic Hejab.” Freed from her discomfort over the breeches, Sumaya was now on a gallop and aiming to achieve more. She enrolled for the show jumping courses, which included dressage, eventing, hunters and equitation.
“This was the scariest stage,” she said. “I was afraid of falling while jumping over the obstacles.
Humayed tried to convince me that falling was inevitable and that most riders – beginners or advanced – were vulnerable to falls.”
She said she braced herself for the worst but after her first fall, her fear vanished. “The falls helped because they motivated more and made me gutsy enough to perform more difficult jumps.”
Sumaya started out without a horse of her own and eventually managed to buy one.
“It was such a disappointment,” she said.”I bought a horse without consulting the experts and so compromised on quality just for a good price. He was of a hybrid breed called Khadeej.”
The price of a good breed, she said, starts at around SR50,000 or to 60,000, and the better breeds are of Belgium or German origin. “Unfortunately, most of the breeds available here do not have certificates showing their origin.”
Sumaya said equestrianism is still a very exclusive sport in the country and it was too early to think of special events for women riders.
There are very private tournaments organized in Riyadh and Jeddah by Kingdom Holding Company of Prince Al-Waleed Bin Talal, Sumaya said. The few female Saudi riders who take part in such events are Alya Al-Khuwaiter, Sara Babani and Lateefa Al-El Sheikh.
Nonetheless, Saudi male and female riders, including the Olympic riders Abdullah Al-Sharbatly and Khalid Al-Dosary do take part in events recognized by the Federation Equestre International (FEI), which take place annually in some Arab countries like Syria and Bahrain, she said. These three-day tournaments are usually for show jumping and endurance riding.
“The show jumping consists of 11 assorted obstacles with different heights starting from 80 cm and going up to 140 cm,” Sumaya said, her eyes lighting up at the thought of the challenge.
There must be competitions like these for women riders in Saudi Arabia, she wished.

source: http://www.saudigazette.com.sa/index.cfm?method=home.regcon&contentID=2008072312499
Repost 0
27 février 2010 6 27 /02 /février /2010 22:57

Papa, il n’est jamais, jamais tard  25/02/2010

Quand on est musulman, on pense que la vérité, c’est l’islam. Quand on est né dans une famille musulmane, cela nous paraît naturel. Quand on est né dans une famille non musulmane et que l’on s’est converti à l’islam, on sait que « c’est la vérité », comme dit l’un des protagonistes du reportage ci-dessous. Une vérité qu’on est allé chercher, une vérité qui devient évidente, limpide, une vérité qui s’impose et qu’on fait sienne. Dans la vidéo qui suit, un papa raconte un peu comment il a vécu la conversion de Mathieu son fils. Les débuts un peu difficiles, le manque de tact, voire les âneries de son fils à ses débuts dans l’islam, en pleine adolescence.

Devenir musulman(e) c’est changer de vie, cette vie qu’un père, une mère, ont longuement et patiemment contribué à construire. Cette vie, celle de leur enfant qui soudain décide de changer de cap, non par rejet de ses parents, mais par amour pour Dieu. Quand on se convertit, on ne se convertit pas contre ses parents, on se convertit pour Allah. Se convertir, c’est rompre avec sa vie antérieure, jamais avec ses parents. Toute la difficulté est alors de le faire comprendre à des parents souvent éplorés, parfois tristes ou en colère contre cet islam qui a pris leur enfant. Pourtant avec le temps, la patience et les efforts de dialogue, les blessures s’effacent, les cœurs s’ouvrent. Au point parfois d’amener papa, d’amener maman à la conversion. Comme le papa de Mathieu qui, s’il reconnaît avoir eu quelques difficultés au début, s’est rendu à l’évidence. Son fils était toujours le même. Mieux, par le truchement de son fils, le papa de Mathieu est arrivé à l’islam. Et il en pleure.

source: http://www.al-kanz.org/2010/02/25/conversion-islam/

 



 


 

Repost 0
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 21:59
Repost 0
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 20:44
Repost 0
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 20:41
Repost 0
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 20:29
mercredi 9 juillet 2008 - par Azzedine GACI

Ce vendredi, comme tous les vendredis après midi, j'avais rendez-vous à la maison d'arrêt de Villefranche avec des prisonniers musulmans. Au cours de cette rencontre qu'ils attendent toujours avec impatience, on lit ensemble quelques sourates (Chapitres) du Coran. On répète des invocations
que le musulman est censé dire le matin au moment de se lever et le soir avant de dormir pour apprendre à vivre dans le souvenir du Très Miséricordieux. C'est ce que nous a appris le prophète Mohamed (Psl) et c'est ce que faisait le père des prophètes Ibrâhîm (Psl). L'« ami fidèle de Dieu » répétait constamment :
« Gloire à Dieu quand vous parvenez au soir et lorsque vous accueillez le matin et à Lui la louange dans les cieux et sur la terre au cœur de la nuit et de la journée » (Coran 17-18).
Après ces lectures des textes fondateurs de l'islam, nous étudions un sujet qui a trait à la Foi, la spiritualité ou la pratique du culte musulman. Ce jour là, j'ai traité un sujet particulièrement important : « les obstacles à la repentance ». Je parlai du cœur et de ses maladies, de l'âme (nafs) et de ses tentations, de la nécessité de la repentance...Il me fixait de son regard. Il dévorait chacune de mes paroles. De temps en temps, il fermait les yeux, baissait la tête et quand il la relevait, je voyais ses yeux en larmes.A la fin de mon intervention, comme d'habitude je réserve 30 minutes aux questions. Il ne parlait pas, visiblement très touché par mon discours qui trouvait écho dans son cœur. Il était enfoui dans ses pensées quand je lui dis : « Tu as peut être des choses à nous dire »
-« Vous êtes cruel », me dit-il.
-« Pourquoi ? » lui répondis-je.
-« Vous avez décris l'homme que je m'efforce d'être sans y arriver »
-« Je veux faire la prière 5 fois par jour mais parfois, souvent je n y arrive »
-« Je veux lire le coran tous les jours, ce n'est pas facile »
-« Je veux être un bon musulman, un modèle dans la société, c'est très dur »,
-« Je veux être auprès de ceux qui souffrent, les pauvres, les nécessiteux... mais c'est moi-même qui a besoin d'aide »,
-« Je passe mes nuits en pleurs pour ce que j'ai fait, pour ce que je suis devenu et parce que je ne vois pas le bout du tunnel. Je ne vois que du noir, que du brouillard et je ne trouve personne pour m'éclairer et m'aider à m'en sortir ».
Touché en mon for intérieur par ces cris du cœur, je ne savais vraiment pas quoi dire... et pourtant il attendait une réponse. « Il y a Dieu » lui dis-je mollement, discrètement.
« Heureusement, il ne me reste que Lui » me répondit-il.
Et je poursuivis : « Vous savez, ce n'est jamais simple pour tout le monde et moi-même, je ressens souvent les mêmes sentiments que vous venez d'exprimer »
« Sauf que vous avez une famille, des amis, un travail...et le soir lorsque vous revenez chez vous, vous avez peut être des enfants qui vous disent « papa je t'aime » » me dit il.
« Moi, à trente ans à peine, je sens que ma vie est derrière moi je n'ai rien de tout cela »
« Et le plus dur c'est le soir, à la tombée de la nuit, il n y a personne pour me dire : je t'aime. Ça aide beaucoup vous savez ».
Que dire après tout cela ? Comment répondre ? J'étais vraiment mal. Et soudain, chargé d'émotions, je pris conscience que mon malaise était justement une réponse à toutes ses questionnements :« Vous savez, toutes les larmes que vous versez le soir, c'est une preuve que Dieu vous Aime. Vous ne pouvez pas imaginer la chance que vous avez. Il y a des personnes qui ne prient pas, qui ne lisent pas le Coran, qui vivent très loin de Dieu, qui font beaucoup de mal autour d'eux et qui ne versent aucune larme ». lui dis-je« Dieu est avec toi, Il t'écoute, Il t'accompagne, Il sait les souffrances de ton cœur. Parle-Lui le soir dans le silence de la nuit. Dialogue avec Lui. Cherche Le et tu le verras, très proche, plus proche de toi que ta veine jugulaire. Apprends à dialoguer ave Lui et à te souvenir de Lui pour apaiser ton cœur :« N'est ce pas au souvenir de Dieu que s'apaisent les cœurs » (Coran 13/28).Il est la lumière des Cieux et de la terre.Il est proche de ceux qui se rapprochent. Ne l'oublie jamais pas comme il ne faut pas oublier les paroles du prophète (Psl) :« ...Si tu demandes, demande à Dieu et si tu cherche une aide, demande l'aide de Dieu... ». (hadith rapporté par At-timidhi).
« Souviens toi de Dieu dans l'aisance, Il se souviendras de toi dans la peine ». (hadith rapporté par Ibn Abbâss)
Il me lance un très beau sourire et me dit : « merci ». Son visage s'illumine ... mais pour combien de temps.
Sur le chemin du retour à Lyon, j'écoutai sur radio « Salam » un spot publicitaire : « l'association X organise une conférence en présence du Cheikh Y ». « Une de plus... », me suis-je dis. Il y aura certainement beaucoup de monde à cette conférence et les organisateurs seraient fiers encore une fois de leur exploit. Pendant ce temps, nos enfants souffrent en silence sans que personne ne s'en offusque... mais de tout cela, il ne faut pas parler. N'est ce pas ?

Lorsque j'arrive à la mosquée, le muezzin avait déjà fait l'appel à la prière du Maghreb (le couché du Soleil). Ce jour là, l'imam avait récité le verset 2/186 du Coran :« Et quand Mes serviteurs t'interrogent à Mon propos, alors Je suis tout proche ; Je réponds à l'appel de celui qui M'appelle quand il m'Apelle. Qu'ils répondent à Mon appel, et qu'ils croient en Moi, afin qu'ils soient bien guidés. »

En rentrant chez moi, ma petite fille m'attendait. Elle me serre très fort dans ses bras et me dit : « Papa, je t'aime ».source : http://oumma.com/Le-soir-je-n-ai-personne-pour-me
Repost 0
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 16:41
Assalam alaykoum wa rahamatoullah wa barakatouh

Bismillah E
r Rahmane Er Rahime

Jeffrey Lang est un professeur américain en mathématiques, il s'est convertit à l'islam et raconte son histo
ire dans son livre: " le combat pour la foi", et dernièrement il a publié ses livres:"même les anges demandent"et "le voyage de l'islam vers l'Amérique"

Il nous raconte lui même son histoire:

" c'était une petite chambre, il n'y avait pas de meuble, sauf un tapis rouge , il n'y avait aucune décoration sur ses murs gris, et il y avait aussi une petite fenêtre d'où pénétrait une petite lumière, nous étions tous dans des rangs, moi j'étais dans le troisième rang, je ne connaissais aucun d'eux, nous nous courbions tous dans un mouvement monotone jusqu'à ce que nos fronts touchent la terre; le temps était calme, et une vague de sérénité régnait, j'ai regardé devant moi et une personne nous dirigeait, debout sous la fenêtre, elle portait une tenue blanche...je me suis réveillé de mon sommeil! J'ai vu ce rêve là plusieurs fois durant ces dix dernières années, et je me réveille toujours paisible après ».

A l'université de San Francisco; j'ai fait la connaissance d'un étudiant arabe que j'enseignais, et j'ai noué une bonne relation avec lui, il m'avait offert une copie du Coran, et quand je l'avais lu pour la première fois, j'ai senti comme si c'était le Coran qui "me lisait"!

Et un jour j'ai voulu rendre visite à cet étudiant à la mosquée de l'université, j'ai descendu les escaliers et je me suis trouvé devant la porte. Redoutant d'entrer, je suis donc remonté et j'ai pris une longue respiration, ensuite je suis redescendu et j'ai senti que mes pieds ne pouvaient plus me porter , j'ai posé ma main sur le passe de la porte , et je tremblais, puis je suis remonté une deuxième fois , et je me suis senti vaincu... j'ai pensé à retourner à mon bureau...plusieurs secondes se sont écroulées , des secondes pleines de mystères, des secondes qui m'ont poussé à regarder vers le ciel, et là le combat s'est achevé et j'ai fait une prière vers le ciel:

"Mon Dieu offrez moi la force d'entrer à la mosquée si tel est votre volonté.."

J'ai descendu les escaliers, j'ai poussé la porte, à l'intérieur j'ai trouvé deux jeunes hommes qui discutaient, ils m'ont salué, et l'un d'eux m'a demandé si je voulais savoir quelque chose sur l'islam? J'ai répondu: "oui, oui......je le veux". Et après une longue conversation, j'ai montré ma volonté de me convertir à l'islam, l'Imam m'a alors dit: " dit: J'atteste " j'ai répété: "J'atteste", et il dit: "Qu'il n'y a pas de Dieu - je croyais toute ma vie à cette expression - sauf Allah", j'ai répété après lui, et il continua:"et que Mohamed et le prophète de Allah",je l'ai répété après lui.

Ces mots étaient comme des gouttes d'eau pures fraîches qui coulaient dans la gorge brûlée de soif d'un homme qui a failli mourir assoiffé!!

...je n'oublierai jamais ces moments où j'ai prononcé l'attestation pour la première fois, c'était le moment le plus difficile pour moi dans ma vie certes, mais c'était aussi le moment le plus fort et le plus libre.

Deux jours après, j'ai appris ma première prière de "Djoumouaa"(prière du vendredi), l'Imam récitait le Coran, nous étions derrière lui, rangés épaule contre épaule, nous bougions comme si nous formions un seul corps, j'étais au troisième rang, nos fronts touchaient le tapis rouge, le temps calme régnait!! L'Imam était sous une petite fenêtre d'où pénétrait une petite lueur, il portait une tenue blanche!! Je me suis dit avec force: "oui c'est le rêve! Ce même rêve!!"...je me suis demandé: "est ce que je suis dans le rêve?" mes yeux étaient remplis de larmes,"assalamou alaïkoum wa rahmatou allah" (paix et clémence d'Allah sur vous) c'est la fin de le prière, et je me suis mis à observer les murs gris !! j'ai ressenti un frisson, car c'est la première fois que j'ai senti l'amour, cet amour qui ne s'obtient qu'avec le retour vers Allah! (1)

"Par l'audace de mon esprit, par les battements de mon coeur

Par un amour qui a envahit tout mon être et qui demande"

"Je t'ai prié mon Dieu pour que tu sois content de moi

Et j'implore Ta satisfaction mon Dieu par mon amour à Toi " (2)

Et quand on pose la question au docteur Lang à propos de sa conversion à l'Islam, il répond:

"A un moment donné de ma vie, Dieu m'a aidé par sa clémence et son vaste savoir, quand je souffrais dans mon intérieur. C'était une souffrance et une douleur infernale, j'avais une grande capacité à remplir ce vide spirituel dans mon coeur,... et je suis devenu musulman...Avant l'Islam, je ne connaissais pas du tout le sens de l'amour, mais quand j'ai lu le Coran , une vague de miséricorde et de douceur a envahit mon coeur, j'ai senti cet amour perdurer dans mon coeur, ce qui m'a guidé vers l'Islam c'est bien cet amour irrésistible envers Allah"(3)

"L'Islam c'est la soumission à la volonté de Allah, c'est un chemin qui guide à une élévation sans frontières, et à des degrés illimités de paix et de quiétude, c'est un moteur à toutes les capacités humaines, c'est le dévouement spontanée du corps, de la raison, du coeur et de l'esprit...(4)

"Le coran c'est ce noble livre qui m'a pris de force, qui a possédé mon coeur, qui m'a fait soumettre à Allah, le Coran attire son lecteur à l'instant extrême, quand il lui semble qu'il est seul debout face à son Créateur.. (5)

Et quand tu prends le Coran entre tes mains et que tu le lis attentivement, tu ne peux pas le lire indifféremment, il porte sur toi comme s'il en avait des droits.. il te parle, il te critique, t'intimide et te tient tête...j'étais de l'autre côté, et c'était évident que celui qui a envoyé ce livre me connaissait plus que je ne me connaissais moi même; le coran me dépassait toujours dans ma pensée, il répondait à me questions, et chaque nuit avant de dormir je posais mes questions et oppositions, mais je découvrais la réponse le lendemain, j'ai fait face à moi même à travers les pages du Coran...(6)

Après mon Islam, j'ai fait des efforts pour assister aux prières afin d'écouter le son de la récitation du Coran, malgré que je ne connaissais pas l'arabe, quand on m'a demandé pourquoi, j'ai répondu:" pourquoi le petit nourrisson se calme à la voix de sa maman? Je souhaiterai vivre sous la protection de ce son jusqu'à l'éternité" (7)

"La prière est le principale instrument de mesure quotidien du degrés de la soumission du croyant à son Dieu, et quels beaux et merveilleux sentiments, quand tu t'inclines à ton Créateur par terre, de façon stable, tu sens que tu es transporté soudainement au paradis, tu respires de son air, tu sens de sa terre, tu savoures ses parfums, comme si tu as failli quitter cette terre, et que tu es entre les bras de l'amour pour ton Dieu.."(8)

"La prière du Fadjr (l'aube) est la plus émouvante des prières, il y a une certaine envie qui te pousse à te réveiller, alors que tout le monde dort, pour écouter le son du Coran qui remplit cette atmosphère nocturne si calme, tu sens comme si tu quittais ce monde et que tu voyageais avec les anges pour implorer ton Dieu à l'aube"(9)

Et pour conclure l'histoire du docteur Jeffrey Lang, on va citer son invocation à son Dieu: "Mon Dieu si je me tourne une seconde fois vers l'infidélité dans ma vie, mon Dieu tuez moi avant que cela ne se produise et sauvez moi de cette vie; mon Dieu je ne saurai survivre un jour sans croire en toi" (10) .

Écrit par: le docteur Abdel Mootti Eddalati

Traduit par Ihsene Taihi

source:
http://saaid.net
Références:
(1) résumé des deux livres: "le combat pour la foi" et " même les anges demandent". Mathématicien certes, mais ces paroles sont inondées d'émotions et de sentiments. Pour dire, ni les mathématiques ni la physique n'en sont exempts.
(2) des vers du Divan de "Abdel Mootti Eddalati"
(3) "même les anges demandent" p.211-280
(4) même livre p.75
(5) même livre p.209
(6) "le combat pour la foi" p.34
(7) même livre p.120
(8)"même les anges demandent" p.366
(9) "le combat pour la foi" p.111
(10) "même les anges demandent" p.234
Source: http://www.55a.net/firas/french/?page=show_det&id=200&select_page=66
Wa salamou alaykoum wa rahmatoullah wa barakatouh
Repost 0
12 février 2009 4 12 /02 /février /2009 23:56
voici la lettre d'une soeur convertie mash Allah elle a eu le courage que je n'ai jamis eu
qu' Allah récompense cette soeur que 'aimerai rencontré pour lui dire a quelle pont je me reconnais dans ces mots qu' Allah azawajel accorde el Fridaws a ma soeur en islam qui porte lejolie nom de Celia amine


"c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour te dire tout ce que j'ai sur le cœur.Te le dire en face serait trop dur et l'écrit de ce texte me soulage déjà...


Tout d'abord, je voudrais te dire maman que je t'aime de tout mon cœur, et je ne te remercierai jamais assez pour tout ce que tu as fait pour moi, car ce que je suis devenue aujourd'hui c'est aussi grâce à toi... maman je serais toujours là pour toi !


Ce que j'ai à te dire est très difficile mais cette chose très importante est dans mon cœur, elle est devenue ma vie et maintenant je ne peux plus te le cacher.


Maman j'ai souvent méditer ... je cherchais tellement de réponse que je n'est pu trouver que dans l'islam... maman j'ai trouvé Dieu...maman je suis la plus heureuse...maman je suis musulmane...


Maman laisse moi te dire que l'islam a touché mon cœur et aujourd'hui en vivant près de mon créateur je vis un grand bonheur ... maman j'ai la Foi en ce qui est vrai ! J'ai trouvé mon chemin dans ce monde si dur !!! Maman je suis ta fille et je serais toujours ta fille.


Te le dire pour moi était une fatalité, je ne pouvais plus te le cacher ... tu es ma mère et tu dois savoir que je suis reconvertie depuis le 20 janvier 2005. Maman je ne veux pas que tu me juges ou que tu me regardes différemment. Je n'ai pas envie de causer le moindre conflit entre nous, mon seul désir est que tu prenne conscience de ma croyance et de mes convictions... regarde cela va faire 5mois que je suis musulmane et tu n'a rien remarqué cela prouve que je n'ai pas changer et que je suis toujours ta fille.... Celle que tu as su éduquer de la meilleure façon, celle qui sera toujours près de toi ! J'aimerais tant que tu puisses concevoir la force de ma Foi, l'importance de prouver mon adoration envers Dieu et mes pratiques quotidiennes que cela impliquera. Maman je ne peux pas calculer le degrés de ma Foi parce qu' elle a pris trop d'importance pour moi, maintenant que j'ai trouvé toutes les réponses , je suis tellement bien... mais je vis mal le faite de te le cacher, je ne t'ai jamais menti : je t'ai toujours tout dis. Et je crois que la plus belle chose qui m'ai t'arrivé dans ma vie : que d'embrasser l'islam, doit être partager avec toi, tu es ma mère celle qui m'a toujours soutenu, qui m'a toujours aidée à faire mes choix, celle dont tu as toujours été fière et aujourd'hui malgré mes convictions différentes je veux rester cette petite fille.


Maman mon amour pour toi est toujours le même au contraire il grandit de jours en jours, je voudrais tant que tu comprennes ce que je ressens... tant partager avec toi les meilleurs choses de ce monde.


Je ne veux pas que tu crois que j'ai subit un lavage de cerveau ou que des musulmans m'ont mis la pression ou m'ont raconté n'importe quoi ... maman m'ont regard sur l'islam depuis mon enfance n'a été que le symbole d'admiration, maman ma Foi en Dieu a grandit que par mon propre enchantement...Jamais personne ne m'a influencé à ce niveau, j'ai toujours été seule face à moi-même pour prendre mes décisions : j'ai décidé d'être musulmane de mon plein gré. On ne peut pas persuader quelqu' un d'avoir des sentiments surtout en ce qui concerne la religion: ce que je vis c'est entre Dieu et Moi tout simplement, mon Adoration ne peut venir que de mon Cœur et il n' y a pas de formules magiques a cela c'est simplement ma Foi qui a trouvé sa place dans ma vie.


Maman oublie la vision de l'islam de TF1 ou M6... parce que ta fille est musulmane et tu verra c'est complètement différent : tu verras que je ne suis pas le symbole de le femme soumise ou oppressé mais une femme épanouie qui sait ce qu'elle fait !


Maman j'ai peur que tu conçois ma reconversion comme prise sur un coup de tête alors que cette idée m'obsédait de jour en jour ... je méditais mais mon seul obstacle c'était que tu ne l'acceptes pas. .Mais ma Foi s'intensifiait et m'a fait surmonter ma crainte, cette crainte que tu me vois différente. Maman, je suis toujours ta fille Célia... celle qui te seras toujours reconnaissante et celle qui seras toujours là pour toi.


Ma foi ne change pas notre relation si proche... au contraire le faite de te le dire me rapproche plus de toi. Tu es ma mère et j'ai pas le droit de te cacher ce genre de chose.C'est pourquoi, je profite de cette lettre pour tout te confier et pour te dire que mon envi de porter le voile ne cesse de grandir chaque jour. Maman ce voile ne signifie pas la soumission a l'homme parce qu'en islam la femme n'est pas inférieur à l'homme ...maman si tu pouvais comprendre le sens spirituel de porter ce voile tu verrais que le porter est signe de bien être. Maman quand je le met je me sens tellement protégée et proche de dieu... je me vois comme une femme respectable et non comme une femme qui se cache... au contraire !


Une musulmane voilée est un signe d'adoration envers notre créateur qui nous demande d'être pudique.


Maman, il faut que tu comprennes absolument que j' ai vraiment envi de porter ce voile, que ce n'est pas une crise d' adolescence ni une mauvaise prise de conscience au contraire c'est la meilleure chose qui m'ai arrivé dans ma vie. Dis toi aussi que de couvrir mes cheveux n'implique pas un changement de ma personnalité comme je t'ai dit c'est entre moi et Dieu... et je demeurerai toujours ta fille, celle que tu as fait grandir dans le meilleur environnement possible et celle qui te sera toujours reconnaissance.


Je conçois tout a fait que tu sois réticente à ce changement, je le comprend c'est normale... tu t'inquiète pour moi, tu crois que je me dirige vers un endroit que je ne connaît pas mais maman laisse moi juste te dire que maintenant que tu es consciente de mon changement je suis débarrassée d' un lourd poids qui était sur mon cœur...Il est vrai que ton refus m' as beaucoup tracassé mais je garde l' espoir de me voir un jour porter ce voile et marcher à tes cotés dans la rue sans aucune honte ! Mais je comprend tout a fait qu'il te faut du temps pour accepter ce changement... n'oublie pas que je serai toujours ta fille quelque soit la réaction que tu va avoir en lisant ce bout de papier qui est si important pour moi : il représente tout ce que j'ai sur le cœur...


Avec tout l'amour et l'estime qu'une fille puisse porter a sa mère je te demande de ne pas me voir différente car je suis toujours la même...


N'oublie pas que je t'aime."
Repost 0