Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 12:10

 

http://le-carrefour-de-lislam.com/Attributum/images/Golden_Gate__Prophet_Muhammad_Tomb_SAW.jpgCe Sermon fut fait le neuvième jour de Zoul Houja 10 A.H. dans la vallée Uranah du Mont Arafat.

 

Oh Peuple, écoutez-moi attentivement, car je ne sais pas si, après cette année-ci, je serai encore parmi vous. Donc écoutez, ce que je vous dis avec beaucoup d'attention et apportez ce message à ceux qui ne peuvent être présents ici aujourd'hui.

Oh Peuple, tout comme vous considérez ce Mois, ce Jour, cette Cité comme Sacrés, considérez aussi la vie et les biens de chaque Musulman comme Sacrés. Retournez à leurs légitimes propriétaires les biens qui vous ont été confiés. Ne blessez personne afin que personne ne puisse vous blesser. Souvenez-vous qu'en vérité vous rencontrerez votre Seigneur et qu'effectivement, il vous demandera compte de vos actes. Allah  vous a défendu de pratiquer l'usure, donc obligation d'Intérêt sera dorénavant abolie. Méfiez-vous de Satan, pour le salut de votre religion. Il a perdu tout espoir de ne pouvoir jamais vous induire à commettre les grands péchés, méfiez-vous donc à ne pas le suivre en ce qui concerne les petits péchés.

Oh Peuple, il est vrai que vous avez certains droits à l'égard de vos femmes, mais elles aussi ont des droits sur vous. Si elles se soumettent à vous, alors à elles appartiennent le droit d'être nourries et habillées convenablement. Traitez donc bien vos femmes et soyez gentils envers elles car elles sont vos partenaires. Et il est de votre droit de vous assurer qu'elles choisissent leurs amies avec votre approbation, aussi bien que de ne jamais commettre l'adultère.

Oh Peuple, écoutez-moi bien, adorez Allah, faites vos cinq prières quotidiennes. Jeûnez pendant le mois de Ramadân, et donnez votre richesse en Zakât. Accomplissez le Pèlerinage  si vous en avez les moyens. Vous savez que chaque musulman est le frère d'un autre musulman. Vous êtes tous égaux. Aucune personne n'est supérieure à une autre, excepté en piété et en bonne action. Souvenez-vous, un jour vous vous présenterez devant Allah et vous répondrez de vos actes. Donc, prenez garde, ne vous écartez pas du droit chemin après ma mort.

 Oh Peuple, aucun prophète ou apôtre ne viendra après moi et aucune nouvelle foi ne naîtra. Raisonnez bien, donc, Ô Peuple, et comprenez bien les mots que je vous transmets. Je laisse derrière moi deux choses, Le Coran et mon exemple, La Sounnah, et si vous les suivez vous ne vous égarerez jamais.

 Que tous ceux qui m'écoutent transmettent ce message à d'autres et ceux-là à d'autres encore ; et que les derniers puissent le comprendre mieux que ceux qui m'écoutent directement.

 

Sois témoin Ô Allah, que j'ai transmis Ton message à Ton Peuple

 

 

Repost 0
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 01:32
Repost 0
13 mars 2009 5 13 /03 /mars /2009 10:21

D'après Abî Ishaq : Je questionnai al-Barâ ainsi : « Le visage du Prophète était-il comme un sabre ?

Il répondit : Non, mais il ressemblait plutôt à la lune. » Rapporté par Al-Bukhari

D'après Ka3b ibn Malik : « Lorsque le Messager d'Allah était joyeux, son visage s'irradier d'une tel façon qu'il devenait comme une partie de la lune ». Rapporté par al-Bukhari & Muslim
Ibn Ishaq rapporte :  J'ai entendu al-Barâ dire : « Le Prophète d'Allâh était celui qui avait le plus beaux visage parmis les gens ainsi la meilleur consitution physique, il n'était ni grand de taille et ni petit ». Rapporté par al-Bukhâri

 

source : Le visage de lumière du Messager d'Allah  qu'Allah ne nous prive pas de sa lumière

Repost 0
5 mars 2009 4 05 /03 /mars /2009 23:07

Voici une magnifique lettre mash allah que j'ai recu par mail je teins à vous la faire partager :

Cher Muhammed saws

J'écris cette lettre pour te donner des nouvelles du monde que tu as quitté et qui est à tout jamais derrière toi. C'est un bien drôle de monde et je dois t'avouer que je me sens, parfois, un peu perdue dans ce paradoxal 21ème siècle.

En apparence, rien ne ressemble à la société que tu as laissée. En apparence...
De là d'où je viens, on téléphone sur le balcon du cinquième étage et on s'endort le MP3 à la main dans un avion Paris-Alger. Le monde est relié et mon interlocuteur peut être en Argentine, en Afrique du Sud, en Suède ou les trois à la fois. Là d'où je viens, je n'entends pas l'appel à la prière mais le bruit de la ville incessant m'accompagne toujours.

Un peu enfantine, j'ai souvent rêvé de t'avoir près de moi le temps d'une journée. Je t'imagine alors m'accompagnant dans le métro ou en voiture.

L'espace d'un trajet, tu découvrirais de drôles de montures électriques et un mode de vie frénétique.Tu serais surpris de voir le nombre de personnes âgées et le peu de considérations qu'on leur porte. Tu verrais aussi la grandeur de la mixité ethnique et sociale. Là d'où je viens, dans la même rue, tu peux y observer la population du monde en miniature.

Tu y verrais des choses et des comportements regrettables, voire blessants et franchement inhumains...
Tu serais surpris peut être...

Cher Prophète, bonne nouvelle malgré tout. Le monde ne t'a pas oublié.

On chante encore ton histoire dans les plus belles mosquées, avec les plus performantes des sonors. On raconte parfois quelques bribes de ta vie à la télévision et à la radio. Certaines chaînes du câble te sont entièrement consacrées. On propage tes prouesses dans les langues les plus inattendues de par les journaux, les livres ou encore sur Internet.

Moi aussi, je m'y suis mise, j'aime parler de toi et j'apprécie de plus en plus écouter les bons conteurs de ta vie. Chacun insiste sur ce qu'il souhaite développer. Tes qualités sont toujours mises en avant par tes fidèles et chacun dans le creux de sa prière se souvient.
Des quatre coins du monde, ton nom raisonne encore.

En guise de gratitude, tes enfants portent ton nom et espèrent ainsi vêtir certaines de tes vertus. Parfois on se rassemble et on se remémore. Les plus chanceux te voient encore en rêve.

Moi, je ne t'ai jamais rencontré en songe. Mais j'espère sincèrement que nos vies se croiseront un jour et que tu m'accueilleras avec bienveillance parmi les tiens.

Je t'aime et je t'admire sincèrement même si je n'arrive même pas à prononcer correctement ton nom. Il m'arrive aussi de me mélanger dans les sonorités des bénédictions qui te sont accordées. Je t'aime avec un peu maladresse, je crois...

Depuis que Dieu, dans Son Infinie Miséricorde a touché et illuminé mon cœur, je me suis découverte une sensibilité insoupçonnée et j'ose te l'avouer, je pleure...
Je me cache parfois des hommes pour ne pas fléchir, mais je pleure. Je pleure comme une enfant. Les autres ne pourraient pas comprendre mes larmes...

Je dois te l'avouer, je viens tout juste d'arriver chez toi, dans ta communauté. Je suis un peu essoufflée et fatiguée de mon long voyage. Tes descendants m'ont bien accueillie. Il faisait si bon vivre dans leur agréable demeure. Reposée, je me suis endormie, éreintée, épuisée mais rassurée comme l'enfant perdu qui retrouve sa douce mère inquiète, à la fin d'une longue journée de recherche et de faux espoirs.

En me couchant, je me suis sentie propre comme jamais et je revisualisais les péripéties et les aventures de ma longue journée et de ma petite vie.

Mon cœur te réclame et demande sans cesse ta douce compagnie. Peut-être qu'un jour...
En attendant de te rencontrer, inch'Allah, j'implore Dieu de déverser sur toi Ses bénédictions les plus pures.

«Ashhadu an lâ ilâha illâ Llâhu wa anna Muhammadan rasûlu Llâhi »
Que la paix et la bénédiction de Dieu soit sur TOI Ô Messager d'ALLAH


Signé: Une musulmane  vivant au quinzième siècle de l'hégire

 


 

Repost 0
1 mars 2009 7 01 /03 /mars /2009 22:48
Comment voir le Prophète en rêve ?

Ici nous vous partageons cet histoire pleine de sagesse partagé par Malik Ibn Anas d'Aslama :

Qu'Allah ne nous prive pas de voir le visage de notre prophète . Quelle rahma juste le fait de parler de lui.

Sayyidi wa akhi el farouq :

Je vais te raconter une histoire vraie qu'un frère cher m'a racontée. Il était disciple d'un grand chaykh sufi en Inde.

Un jour, ce frère a dit à son chaykh : "Ô mon chaykh, je veux absolument voir le prophète en rêve.
Le chaykh lui répond : "C'est facile. Demain, ne bois pas la moindre goutte d'eau."

C'est chose faîte, mais le frère ne voit rien.

Il retourne voir son maître et le maître lui dit : "Tu veux vraiment le voir c'est sûr que tu n'as rien bu, ni eau, ni lait ?"

Le frère répond : "Ô mon chaykh, wa Allahi je n'ai rien bu."

Il passe 2 nuits et 2 jours sans boire de l'eau, le frère est mort de soif.

Il va revoir son chaykh affaibli, fatigué, épuisé. Et il lui demande pour la 3ème fois : "Ô mon chaykh, je n'ai toujours pas vu le prophète ".

Le chaykh, calme et serein, parla d'une voix pleine de sagesse au frère et lui dit : "Mais dis moi, qu'est ce que tu a vu dans ton rêve ?"

Le frère lui dit : "J'ai vu des rivières d'eau d'une beauté rare, j'ai vu des chutes d'eau plus belles que celle du Niagara, j'ai bu dans mon rêve les plus douces eaux fraîches que je n'ai jamais vues ni goûtées.

Le chaykh lui a dit après cela : "Ô mon fils, le jour où ton coeur aura soif de l'amour du prophète comme cette soif d'eau, tu le verras."

Mes chers, cette soif a un chemin : celui de son amour. Mais peut-on aimer quelqu'un sans le connaître ? Non.

Il faut donc bien connaître le prophète mais surtout faire beaucoup as-salat wa as-salam sur le prophète . Et là incha Allah, Allah (subhanu wa ta3ala) nous récompensera par cette grande rahma.

Cela dit, Allah donne aussi cette rahma à qui Il veut, comme Il veut et quand Il veut.
Qu'Allah nous comble de cette rahma .

Amine, amine, amine.
Repost 0
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 11:27

Assalam alaykoum wa rahmatoullah wa barakatouh

Bismillah Er Rahmane Er Rahime

'Ali rapporte que "lorsque le Prophète entrait chez lui, il partageait son temps en trois parties :

une partie pour l'adoration d'Allah,
une autre pour sa famille (pour participer à la vie domestique)
et une (dernière) pour lui-même (son repos et ses besoins) qu'il repartageait aussi avec les gens, de telle façon que (par l'intermédiaire de ce temps qu'il consacrait aux autres), les personnes proches (de lui) pouvaient faire bénéficier le grand public. Omar dit: «Un jour, j'allai chez le Prophète et je le vis souriant. "Que Dieu te fasse sourire pour toujours, ô Messager de Dieu" dis-je, puis je lui demandai pourquoi il souriait. "Je souris à cause de ces femmes. Elles discutaient devant moi avant que tu ne viennes. Puis elles se sont sauvées dès qu'elles ont entendu ta voix", répondit-il toujours en souriant. Suite à cette réponse, je haussai ma voix et je leur dis: "Ô ennemies de vous-mêmes! Vous me redoutez mais vous ne redoutez pas le Messager de Dieu!" "Oui, affirmèrent-elles, comparé au Messager de Dieu, tu fais preuve de rudesse et de dureté.»[Bukhari, “Adab,” 68]

Jovialité quand la colère serait requise

La noblesse de ses caractères et sa douceur se manifestaient dans des situations où l'on s'attendrait habituellement à la colère et à l'irritation. Un jour une petite dispute éclata entre lui et l'une de ses épouses. La colère la poussa à dire : "C'est toi qui dis être un Prophète !" Malgré la lourdeur d'un tel propos, le Messager se contenta d'un rire qui éteignit le feu de la colère et n'en laissa que des cendres.

En une autre occasion, un différend éclata entre lui et Dame `Â'ishah. Ils demandèrent à Abû Bakr, son père, d'arbitrer entre eux.

Le Prophète dit à `'Aïcha : "'Aïcha, veux-tu prendre la parole en premier, ou bien est-ce que je la prends ?" Elle lui dit : "Vas-y, mais ne dis que la vérité." Sur ce, Abû Bakr lui donna une gifle pour cette dure parole. Il lui dit : "Ô ennemie de ta propre personne, le Messager d'Allâh dirait-il autre chose que la vérité ?" Le Prophète eut mal pour elle et s'interposa entre elle et son père et dit à ce dernier : "Nous n'avons pas fait appel à toi pour cela !" Peu de temps après, leur vie conjugale retrouva son cours harmonieux.

Il n'y a rien d'étonnant dans ces manières puisque Muhammad est celui qui dit : "Le meilleur parmi vous est le meilleur envers son épouse et je suis le meilleur envers mon épouse."

Source: http://mohammedia.fr/index.php/Le_Proph%C3%A8te_en_tant_qu%27%C3%A9poux

Repost 0
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 11:20

Assalam alaykoum wa rahmatoullah wa barakatouh

Bismillah Er Rahmane Er Rahime

Son statut exalté

1. Il est Nur (Lumière sacrée) (5:15)

2. Allah l'a béni (33:56)

3. Une miséricorde pour tous les mondes (21:107)

4. Son nom est Muhammad (signifiant le plus loué) (47:2)

Le Bien-aimé d'Allah

1. Si vous voulez obtenir l'amour d'Allah, suivez-le (3:31)

2. Allah s'adresse à lui avec amour et affection (20:1) (36:1) (73:1) (74:1)

3. Allah dit: Réalisez que Mon Messager Prophetique en personne est avec vous (49:7)

4. Allah le décrit avec Ses Propres attributs de Rauf (extrêmement bon) et Rahim (Miséricordieux) (9:128)

5. Allah Lui-même proe sur lui (33:45-47)

6. Il est le possesseur de la Grâce d'Allah (4:113)

7. Il est une faveur spéciale de la part d'Allah Sub'hanahu wa Ta'ala (3:164)

8. Allah ne punit pas un peuple au milieu duquel il se trouve (8:33)

9. L'Allégeance envers lui est l'allégeance envers Allah (48:10)

Il a reçu le Saint Coran

1. Allah lui a donné Sourate al-Fatiha et le Qur'an en entier (15:87)

2. il fut totallement inspiré (53:3-4)

3. Allah a révéleé le Noble Qur'an dans son coeur béni (26:192-197)

4. C'est la première révélation qu'il a reçue (96:1)

5. Il enseigne le Saint Qur'an et le Hadith Sharif (la Sagesse) and purifie les gens (62:2)

6. Allah a exalté son Dhikr (souvenir) (94:4)

7. Son élévation lors de la Nuit du Mi'raj (53:8-9)

8. Sa Station du Louangé (Al-Maqam al-Mahmud) (17:79)


Source: http://mohammedia.fr/index.php/Le_Proph%C3%A8te_dans_le_Coran

Repost 0
18 février 2009 3 18 /02 /février /2009 22:52
Son Dhikr

Tous ceux qui voyaient le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix se rappelaient Dieu. D'après Aicha qu'Allah soit satisfait d'elle a dit : « le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix évoquait Allah à tout moment ». (Rapporté par Moslim, Abu Daoud et Mouslim)

Ibn Abbas a dit : « quand nous nous tenions auprès de lui, en une seule séance, nous comptions jusqu'à cent le nombre de fois que le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix disait : "ô Seigneur ! Absous mes péchés et pardonne moi car c'est toi certes, le Repentant, le miséricordieux" (Rapporté par Abu Daoud et At-Tirmidzi et sa chaîne de rapporteurs est authentique)

Le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix a dit: "Je demande pardon à Allah dans le jour cent fois" et dans une version "plus de soixante dix fois".

Le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix disait dans son invocation « Mon Dieu je te demande le plaisir de regarder Ta face et l'ardent désir de ta rencontre ». (al Boukhari)
[modifier] Sa prière

L'Imam an-Nasa'i rapporte: «Quand le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix priait, on entendait un son ressemblant à celui qu'émet l'eau qui bout.» Il priait toujours avec le cœur brûlant et pleurant. Aïcha le trouvait souvent dans la présence de son Maître, prosterné et tremblant.

'Aicha rapporte que le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix avait l'habitude de se coucher durant la première partie de la nuit et il se réveillait durant la dernière partie de la nuit. (c'est à dire qu'il avait l'habitude de rester éveillé cette partie de la nuit pour adorer et invoquer Allah) (Cité par Boukhâri et Mouslim dans leur Sahih)

'Aicha dit un jour: "Je lui ai [un jour] demandé: "0 Messager d'Allah, tu dors avant de faire la prière du witr?"

— 0 'Aïcha, mes yeux dorment, mais pas mon cœur."

'Alqama raconte : j'ai demandé à Aicha que Dieu l'agrée : « Le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix choisissait des jours particuliers [pour l'adoration] ? » Elle dit : « Ses oeuvres étaient continues, et qui de vous peut soutenir ce que le Messager de Dieu pratiquait ? » (Ibnou Al-Jawzi, Sifat Assafwa)

'Aicha a dit: Pendant le mois de Ramadan, ainsi que pendant les autres mois, le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix n'accomplissait pas plus de onze rak'ates de salah (concernant son Tahajoud et son witr). Il accomplissait d'abord quatre rak'âtes ; aucun mot ne peut qualifier la magnificence et la durée de ces rak'âtes. Il lisait ensuite quatre autres rak'âtes d'une beauté resplendissante et d'une grande durée (càd que les rak'âtes étaient excellentes et longues). Ensuite, il lisait trois rak'âtes (de witr).» (Cité par Boukhâri dans son Sahih)

Aicha rapporte que le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix avait l'habitude d'accomplir la Salah d'une telle longueur que ses pieds enflaient. Parfois elle aurait affirmé que ses pieds allaient éclater. Lorsqu'on lui demandait: « Pourquoi tu te surmènes tant alors que tes erreurs passées et futures ont été pardonnées?» Il répondait: "Ne devrais-je pas être un serviteur reconnaissant ?" (Cité par Boukhari dans son Sahih)

Il est rapporté de 'Ala bin Haarith que 'Aïcha a dit : "Une nuit, le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix se réveilla et accomplit la prière. Il prolongea la prosternation à un tel point que je me demandai s'il n'était pas mort. Voyant cela, je me levai et bougeai son pied. Apercevant un mouvement, je fus rassurée. Lorsque le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix leva sa tête de la prosternation et qu'il termina sa prière, il dit: "O Houmayra, pensais-tu que le Prophète t'avait trompé?" Je répondis par la négative et dis "Je jure par Allah qu'à cause de la longueur de ta prosternation, je pensais que tu étais mort." Le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix dit alors : "Sais-tu quelle nuit nous sommes?" Je répondis: "Allah et son prophète savent mieux. Il dit : "C'est la 15ème nuit de Sha'baan. Allah S e tourne vers Ses serviteurs durant cette nuit, Pardonne à ceux qui recherchent le Pardon, ceux qui recherchent la Miséricorde et retarde la décision de ceux qui gardent des sentiments de haine pour les autres." (Cité par Bayhaqui dans son Sounan qui dit que ce hadith est un "jayyid moursal")

'Abd-ul-Lâh dit: «Une nuit, comme je priais avec le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix ce dernier est resté tellement debout que j'ai songé à faire quelque chose de mal.»

— «Et à quoi as-tu songé? demanda-t-on.

— J'ai songé à m'asseoir et à laisser le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix [seul debout].» (Bukhari)

'Anas dit: «Durant le mois, le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix mangeait si bien que nous croyions qu'il n'allait pas jeûner, et jeûnait si bien que nous croyions qu'il n'allait pas rompre le jeûne. Si tu voulais le voir prier pendant la nuit, tu l'aurais vu, et si tu voulais le voir endormi, tu l'aurais vu aussi.» (Bukhari)

Sa méditation du Coran

'Awf ben Mâlik a dit : "J'étais avec le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix une nuit. Il se brossa les dents, fit ses ablutions, puis se tint debout pour prier et je me mis avec lui. Il commença et récita la sourate "al-Baqara" (la Vache). Il ne passait à un verset décrivant la miséricorde qu'il ne s'arrêtât et la demandait, et n'arrivait à un verset décrivant le tourment, qu'il ne s'arrêtât et demandait à Allah de l'en protéger. Ensuite, il s'inclina et resta ainsi un temps semblable à celui qui fut debout, et disait : "Gloire au Possesseur de la domination, de la royauté, de l'ordre de la création et de la puissance". Puis il se prosterna et dit de même. Ensuite, il se leva et il récita la sourate "Al 'Imran" (La Famille de Imran). Et ainsi de suite, sourate après sourate, il faisait de même". (Abou Dâwoud)

Son Jeûne sa Persevérance et sa Modération


'Aicha rapporte : "Le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix persévérait dans tout ce qu'il faisait. Qui pourrait endurer ce qu'il endurait ? Il jeûnait à tel point qu'on disait : il ne mange pas et ne jeûnait pas, à tel point qu'on disait : il ne jeûne pas. Voulais-tu le voir priant la nuit que tu le voyais et voulais-tu le voir y dormir que tu le voyais".

C'est ainsi qu'Anas ibn Malik a raconté :

-"Trois hommes vinrent aux maisons des femmes du Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix pour les interroger au sujet de l'adoration du Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix; lorsqu'ils connurent l'adoration du Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix c'est comme s'ils trouvèrent qu'elle n'était pas nombreuse ; ils dirent alors:

-"Et où sommes-nous par rapport au Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix, ses péchés passés et futurs lui ont été pardonnés ? ".

Un parmi eux dit : Moi, je prierai toujours toute la nuit".

Un autre dit : "Moi, je jeûnerai la journée et je ne romprai pas le jeûne".

Et l'autre dit : "Moi, je laisse les femmes et je ne me marierai jamais".

Le Prophète qu'Allah répande sur lui la grâce et la paix vint les voir et dit : "Vous êtes ceux qui ont dit telle et telle parole. Eh bien ! Je jure par Allah que je suis celui d'entre vous qui craint Allah le plus, mais je jeûne et je romps le jeûne ; je prie et je dors ; et je me marie ; donc, celui qui se détourne de ma Sounnah ne fait pas partie des miens" (rapporté par Al-Boukhari.)
http://mohammedia.fr/index.php/D%C3%A9votion_du_Proph%C3%A8te
Repost 0
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 16:47
Le Prophète saws a dit "si vous saviez ce que je sais vous ririez peu et pleureriez beaucoup"

Néanmoins, ses larmes n'étaint pas toujours des larmes de crainte d'Allah, ses pleurs étaient parfois de simples larmes de tristesse à la perte d'un être cher, des larmes de miséricorde, de compassion et de languissement.

Les larmes pour ses parents

Le Prophète saws n'a jamais connu son père, mort avant sa naissance. Plus tard après la révélation il visita la tombe de son père à Médine et pleura toutes les larmes de son corps. À son retour, il dit: «J'ai pleuré pour mon père et j'ai imploré Dieu pour qu'Il le pardonne.»

Les larmes lors de la mort de ses enfants et petits enfants

D'après Ibn 'Abbas : " L'Envoyé de Dieu saws prit sa fille mourante, la porta sur son flanc, et la mit devant lui, puis elle mourut devant lui. Oum Ayman poussa un cri. Le Prophète saws dit : Est-ce que tu pleures ainsi devant le Messager de Dieu ?

-Ne te vois-je pas pleurer toi-même, dit-elle ?
-Il ne s'agit pas de pleurs, mais de miséricorde. Tout va bien pour le croyant, quelle que soit la situation. Lors de sa mort, son âme est extraite entre ses flancs alors qu'il loue Dieu, Puissant et Majestueux. "

Anas ben Mâlik a dit : " Nous assistâmes à l'enterrement d'une fille de l'Envoyé de Dieu saws et celui-ci était assis au bord de la tombe. Je vis ses yeux en larmes.

L'imam Boukhari rapporte qu'Anas dit :

"Nous sommes allés, le Prophète saws et moi, voir Abou Youssef, le mari de la nourrice de Brahim, fils du Prophète . Ce dernier prit son enfant dans ses bras, le baisa et le flaira. Nous sommes allés encore une autre fois, mais l'enfant était agonisant. Les yeux du Prophète saws se mirent à verser des larmes. Abderrahmane Ben Aouf lui dit : « Toi aussi, Prophète de Dieu, tu pleures ! » "Ben Aouf", dit le Prophète saws , "ce sont des larmes de miséricorde"

Ensuite, il dit :

"Les yeux versent leurs larmes, le coeur s'afflige, mais nous ne disons que ce qui plait à Dieu. Nous sommes bien tristes de ta perte, Brahim !"

Nous étions chez le Prophète saws lorsqu'un messager vint de la part d'une de ses filles le chercher et lui annoncer que le fils de celle-ci était à l'agonie. S'adressant au messager, le Prophète saws lui dit: "Retourne vers ma fille et annonce-lui que tout ce qu'Allah prend ou donne Lui appartient, qu'Il a fixé un terme pour toute chose et exhorte-la à se résigner et à compter sur Allah." Le messager revint et lui dit : - Elle t'adjure de venir la trouver. Aussitôt le Prophète saws se leva et se rendit chez elle, accompagné de Sa`d ibn `Ubâda et de Mu`âdh ibn Jabal, et de moi-même, reprend 'Usâma. Quand il arriva, on lui remit l'enfant qui agonisait. Quand le Prophète saws eut les larmes aux yeux, Sa`d lui dit: "O Envoyé d'Allah, qu'est-ce que c'est?". - "C'est, répondit-il, de la miséricorde qu'Allah a placée dans le cœur de Ses adorateurs. Allah n'est Miséricordieux qu'envers ceux de ses esclaves qui le sont eux mêmes. »(Rapporté par Al Boukhari).

Les larmes lors de la mort de ses compagnons

'Aïcha a relaté que le Prophète saws embrassa 'Othmân ben Mazh'oun mort ; il pleurait alors [ou, dit-le transmetteur dans la chaîne du hadith : les larmes coulaient de ses yeux],

Quand Ja'far ibn Abi Talib (que Dieu soit satisfait de lui) fut tué pendant la bataille de Mou'ta , sa femme Asmà' Bint Oumais qu'Allah soit satisfait d'elle dit : « le Messager d'Allah entra chez moi et appela les enfants de Ja'far ?. Je le vis les embrasser en versant des larmes. Je lui dis : '' O Messager d'Allah as-tu appris quelque chose concernant Ja'far ? Oui, dit-il, il a été tué aujourd'hui.'' on se mit à pleurer et ensuite il revint et dit : « préparez à manger pour la famille de Ja'far, car ils sont préoccupés par l'évènement. » (Rapporté par Ibn Saad, At-Tirmidzi et Ibn Màjah ; At-Tirmidzi a dit : ce hadith est authentique).

Les larmes pour sa communauté

Koteibah nous rapporte , Jarir nous rapporte , que Ataa' ibn es-Sa'ib , de son père de Abdalla ibn 'Amr qui a dit:
Du temps du Prophète saws le soleil s'éclipsa; alors, il se mit debout à prier, à tel point qu'il risquât de ne pas s'incliner. Puis, il s'inclina à tel point qu'il risquât de ne pas relever sa tête. Ensuite il leva la tête à tel point qu'il risquât de ne pas se prosterner. Il se prosterna après, à tel point qu'il risquât de ne pas relever sa tête. Puis il leva la tête à tel point qu'il risquât de ne pas se prosterner. Il se prosterna à tel point qu'il risquât de ne pas relever sa tête. En fin de compte, il se mit à souffler et pleurer tout en disant : "Seigneur! ne m'as-Tu pas promis de ne pas leur infliger de peine tant que je suis parmis eux? Seigneur! ne m'as Tu pas promis de ne pas leur infliger de peine tant qu'ils demandent pardon et voilà que nous Te demandons pardon"

Une fois que les deux cycles d'actes accomplis, le soleil s'éclaircit. Alors le Prophète saws se rederessa. Puis tout en remerciant Dieu le très-Haut et ne Le louant, il dit "le soleil et la lune ne sont que deux signes parmi ceux de Dieu, ils ne s'éclipsent point ni pour la mort, ni pour la vie de quiconque. Cependant,une fois qu'ils s'éclipsent, vous n'avez qu'à recourir à la mention de Dieu Le trés-Haut" (Abou Daoud et en-Nissaï)

Un jour le Prophète saws récita cette Parole de Dieu au sujet d'Abraham : "Ô mon Seigneur ! Elles (les idoles) ont égaré beaucoup de gens. Quiconque me suit est des miens. Quant à celui qui me désobéit ... c'est Toi, le Pardonneur, le Très Miséricordieux". (S.14, 36) et cette autre au sujet de Jésus : "Si tu les châties, ils sont Tes serviteurs. Et si Tu leur pardonnes, c'est Toi le Puissant, le Sage". (S.5, 118). Quand il termina la récitation de ces versets, il leva ses mains et dit : "Ma Communauté ! Ma Communauté !" Après quoi, il pleura.

Dieu envoya Gabriel pour se renseigner sur la raison des larmes du Prophète saws bien qu'Il la connaisse déjà. Ayant reçu la réponse qu'Il connaissait également bien avant que l'archange ne la rapporte, Dieu dit : "Ô Gabriel ! Va chez Muhammad et dis-lui : Je te donnerai satisfaction à propos de ta Communauté et Je ne te décevrai pas". Ainsi, Dieu donna, en ce monde, la victoire, la puissance, la conquête de nombreux territoires, les moyens de répandre l'Islam et de le placer au-dessus des autres religions. Et Il lui donna, dans la vie dernière, la grande intercession. Tels sont les bienfaits que Dieu accorda à Son Envoyé. Celui-ci avait donc de quoi le satisfaire et le réjouir.

Les larmes dans l'adoration

'Abdallah ben al-Chikhîr a relaté : " Je me rendis auprès du Messager de Dieu saws alors qu'il priait. À l'intérieur de son corps, il y avait un son semblable au bouillonnement d'un chaudron, du fait de ses pleurs. " (Rapporté par Abou Dawûd et Attirmidhi)

D'après 'Abdallah ben 'Amrou : " Un jour, il y eut une éclipse du Soleil, à l'époque du Messager de Dieu saws Celui-ci commença alors à prier, et resta dans la position debout (pour la récitation du Coran), au point qu'il semblait presque qu'il n'allait pas s'incliner. Puis il s'inclina. Il demeura un temps dans cette position et paraissait ne pas lever sa tête. Il se releva ensuite, et il semblait presque qu'il n'allait pas se prosterner. Ensuite, il se prosterna. Sa prosternation dura un moment, si bien qu'il paraissait ne pas relever sa tête. Puis il la releva et resta ainsi (dans la position assise entre les deux prosternations), au point qu'il semblait ne pas se prosterner. Il se prosterna ensuite et paraissait ainsi presque ne pas vouloir se relever. Dans cette prosternation, il se mit à souffler et à pleurer et disait : Seigneur ! ne m'as-Tu point promis de ne point les tourmenter alors que je suis parmi eux ? Seigneur ! ne m'as-Tu point promis de ne point les tourmenter alors qu'ils demandent pardon? Or, nous Te demandons pardon. Lorsqu'il finit de prier les deux inclinations, le soleil apparut entièrement. Il se mit alors debout, loua Dieu Très-Haut et Le glorifia, puis dit : Le Soleil et la Lune sont deux signes parmi les signes de Dieu. Ils ne s'éclipsent pour la mort ni pour la vie de personne. S'ils s'éclipsent, consacrez-vous au rappel de Dieu (dbikr Allah). "

Quelqu'un demanda à Aisha : « Dis-moi de qu'il y avait de remarquable dans la personne du Prophète
saws ? Elle répondit : « Il n'y avait rien de commun chez le Prophète saws Tout ce qu'il faisait était remarquable. Une nuit il vint près de moi. Un instant après il dit : « Maintenant je vais prier Celui qui me soutient. Ayant dit ces mots, il se mit à prier, s'humiliant devant Son Créateur avec une telle sincérité que les larmes coulèrent sur ses jours, le long de sa barbe, et jusqu'à sa poitrine. Ensuite, il se prosterna et ses larmes coulèrent encore plus abondamment qu'auparavant, et il continua à pleurer de cette manière jusqu'à ce que Bilâl eût lancé l'Appel à la prière du matin. Je lui dis alors : « O Prophète de Dieu ! Tu n'as plus de péché puisque, dans Sa magnificence, Dieu a pardonné tous tes péchés (57, 2) Pourtant tu ne cesses de t'affliger. Le Prophète saws me répondit : Pourquoi ne serais-je pas un serviteur reconnaissant de Dieu ? Pourquoi ne prierai-je pas de cette manière quand Dieu m'a révélé aujourd'hui ce verset : « Dans la création des cieux et de la terre, et dans l'alternance de la nuit et du jour, il y a vraiment des signes pour les doués de moëlle » (Coran III, 190).

Des larmes en écoutant certains versets

D'après 'Abdallah ben Mas'oud : " L'Envoyé de Dieu saws me dit : "Récite le Coran pour moi!" "Ô Messager de Dieu ! je te le récite alors qu'il t'est révélé ?" "J'aime l'écouter d'un autre que moi", me dit-il. Je récitai alors la sourate al-nisa (Les Femmes) et lorsque je parvins à "...et que Nous t'amènerons comme témoin vis-à-vis de ceux-ci" [4, 4l], je vis alors les yeux du Prophète saws en larmes. "

Al-Bayhaqi rapporte d'Abû Hurayra que le Prophète saws a dit : « Lorsque le verset du Coran « Quoi ! Vous étonnez-vous de ce discours (le Coran) ? Et vous en riez et n'en pleurez point. » [L'Etoile, 59,60] a été révélé, les Compagnons résidant dans la Suffah, (la cour de la mosquée du prophète) ont pleuré jusqu'à ce que les larmes coulent goutte à goutte le long de leurs joues.» Quand le Prophète saws a entendu leurs pleurs, il a pleuré avec eux et ses pleurs nous ont fait pleurer. Le Messager d'Allah saws a dit : « Celui qui pleure par crainte d'Allah, le Feu (de l'enfer) ne le touchera pas. »

«Deux yeux ne seront pas touchés par l'enfer, avait encore dit le Prophète Mohammed saws L'œil qui a pleuré par crainte d'Allah, et l'œil qui a veillé pour Allah...».


Il a dit aussi : «N'entrera pas en Enfer un homme qui a pleuré par crainte de Dieu tout aussi bien que le lait ne rentre jamais dans la mamelle. Jamais la poussière soulevée au service de Dieu ne se mêlera à la fumée de l'Enfer». (Rapporté par Attirmidhi)

Les larmes du languissement et de l'amour pour ses frères

Quelques jours avant sa mort, le Prophète saws demanda au peuple de réparer toutes injustices qu'il aurait pu commettre afin de mourir libéré de toute mauvaise action. Tous les assistants versèrent des larmes et s'écrièrent " Apôtre de Dieu, tout les torts que tu aurais envers nous sont effacés. C'est nous qui sommes tes débiteurs !"

Un homme nommé Okasha se leva et dit" Telle nuit à tel endroit dans telle expédition, j'avais fait marcher mon chameau à coté du tien. Tu as voulu donner un coup de fouet à ton chameau, mais le coup m'a atteint et m'a causé une vive douleur. Voila le tort que tu as envers moi." Le Prophète saws lui dit " voici mon corps, si tu veux me frapper, frappes"

Je le veux répliqua Okasha. Le Prophète saws envoya Bilal chercher son fouet de roseau entouré de cuir qui était dans la maison de Fatima. Mais lui demanda de ne pas révéler l'usage qu'il veut en faire pour ne pas la tourmenter.

Toute l'assistance se tourna vers Okacha et lui dirent "N'as tu pas honte et ne crains tu pas Dieu de frapper son Prophète saws?! Pourquoi ne pas lui faire abandon de cette réparation? Le Prophète saws leur répondit : "Ne lui dites rien, il réclame ce qui est son droit !"

Othman dit : "Vends moi ô Okasha ton droit pour 100 chameaux !" Abdel Rahman fit la même offre , et chacun des compagnons lui parla mais en vain. Quand le fouet arriva , Ali se leva et dit : " ô Okasha, le Prophète sawsest faible et malade, il ne pourra pas supporter un coup. Au lieu de le frapper une fois, donnes moi 100 coups aussi fort que tu voudras ! "

Tout les autres s'offrirent également en disant "frappe sur moi". Mais Okasha ne se laissa pas fléchir, et prit le fouet de la main de Bilal.

Le Prophète saws lui dit : " approche-toi Okasha... Maintenant frappe, mais pas trop fort, car je suis faible et je ne pourrai supporter un coup vigoureux." Toute l'assemblé tremblait et pleurait... Okasha rajouta encore : "cette nuit là, j'étais découvert et toi tu es vêtu d'une robe et d'un manteau, comment pourrait-il y avoir réparation? "

Le Prophète saws se dépouilla de ses affaires... les pleurs se faisaient entendre de plus en plus... alors Okacha jeta le fouet, se précipita sur le Prophète et pressa son visage contre sa poitrine en sanglotant !! Les larmes coulèrent des yeux du Prophète... tous les assistants pleurèrent de sorte que la mosquée fut couverte de larmes. Okacha resta quelques instants comme ça, et le Prophète saws lui demanda pourquoi il avait agi ainsi.

" O Prophète, je crains comme tout le monde que ce soit le dernier jour que l'on te voie vivant, j'ai voulu, ce jour où on te dit Adieu, rapprocher mon visage de ton corps, en espérant obtenir par là que Dieu préserve le mien du feu de l'enfer." Le Prophète saws lui dit: "Il est préservé ... Il est préservé ... Il est préservé ! "

Une semaine avant de mourir, le Prophète saws alla visiter les Martyrs de la bataille d'Ohod. En revenant, il eut les larmes aux yeux. Ses compagnons lui demandèrent :

« Qu'est-ce qui te fait pleurer Ô Messager d'Allah ? »

« Mes frères me manquent... » répondit-il. Etonnés, les compagnons lui demandèrent :

« Ne sommes-nous pas tes frères, Ô Messager d'Allah ? » Alors il dit :

« Non, vous, vous êtes mes compagnons. Quant à mes frères, ce sont les peuples qui viendront après moi et qui croiront en moi. »

Récupérée de « http://mohammedia.fr/index.php/Larmes_du_Proph%C3%A8te »
source image http://a401.idata.over-blog.com/2/95/99/46/Icone-pour-Articles/images/photos4/Muhammad-Rasulullah.jpg
Repost 0
17 février 2009 2 17 /02 /février /2009 16:15
As salâmu'alaykum !

Allahumma j`al hubba nabiyinâ Mohammad salawâtullahi `alayhi ahabbu ilaynâ min anfusinâ, Ya Allah, nous te demandons l'intercession de notre bien-aimé Mohammad, sa compagnie dans l'au-delà, Nous te demandons de nous aider à marcher sur ses pas et d'acquérir un minimum de son honorable caractère...
Amin

Au nom d'Allah, l'Infiniment Miséricordieux, le Très miséricordieux
40 bonnes raisons de prier
sur le Prophète

Extrait du livre intitulé : Jalâ el Afhâm fî Fadhl e-Salât wa e-Salâm 'ala Mohammed khaïr el Anâm d'ibn el Qayyim el Jawziya (p. 612-626).

1- Lorsque l'individu prie sur le Prophète (r), il se soumet avant tout au commandement du Seigneur (I).
2- Il s'inspire de son Seigneur bien que Sa Prière sur le Prophète (r) soit différente de la nôtre ; la Sienne consiste à lui faire les honneurs et les éloges et la nôtre consiste à prier et à invoquer en sa faveur.
3- Il suit les traces des anges.
4- Il obtient dix prières de la part d'Allah pour chaque prière qu'il prononce.
5- Allah l'élève de dix degrés à chaque fois.
6- Il lui sera inscrit dix récompenses.
7- Il lui sera effacé dix péchés.
8- S'il accompagne sa Prière à ses invocations, elles seront plus favorablement reçues par le Seigneur étant donné que cette fameuse Prière permet de les faire monter au ciel. Sans cela, ses invocations risquent de rester suspendues entre le ciel et la terre.
9- C'est aussi un moyen d'obtenir l'intercession du Prophète (r).
10- C'est un moyen de se faire pardonner les péchés.
11- C'est un moyen par lequel Allah soulage la détresse de Son serviteur.
12- C'est un moyen de se rapprocher de Son Seigneur (I) le Jour de la Résurrection.
13- La Prière sur le Prophète (r) se substitue à l'aumône envers les personnes en difficulté.
14- Elle lui permet de mener ses affaires à bien.
15- Elle lui permet de recevoir les Prières d'Allah et celles des anges.[1]
16- Elle lui permet de se purifier et de se mettre en valeur.
17- Elle lui permet de se voir annoncer le Paradis avant sa mort.
18- Elle lui permet de s'épargner les douloureux événements de la Résurrection.
19- Elle lui permet de recevoir en réponse les Prières et les Salutations du Prophète (r).
20- Elle lui permet de se rappeler les choses qu'il a oubliées.
21- Elle lui permet d'embellir ou de purifier ses assemblées et de faire que celles-ci ne soient pas un sujet de regret le Jour de la Résurrection.
22- Elle permet de repousser la pauvreté.
23- Il s'épargne ainsi de prendre le nom d'avare que mérite toute personne se privant de prier sur le Prophète (r) au moment où ce dernier est évoqué.
24- Il ne sera pas concerné ainsi par l'invocation destinée contre tous ceux qui s'abstiennent de prier sur lui (r) à l'écoute de son nom.
25- Elle lui permet de se maintenir sur le chemin du Paradis contrairement à celui qui ne prie pas sur lui (r).
26- Il s'épargne ainsi des assemblées impures dans lesquelles il n'est consacré aucun éloge ni aucune attention à Allah et à Son Messager.
27- Elle permet de rendre parfait un discours au début duquel les louanges sont consacrées au Seigneur et les Prières consacrées au Prophète (r).
28- Elle lui permet d'acquérir une lumière durant la traversée du Pont jeté au-dessus de la Géhenne (le Sirât).
29- Elle le préserve de la dureté du cœur (ou de l'abandon du Seigneur).
30- Elle lui permet d'entretenir les éloges qu'Allah réserve à l'auteur d'une telle prière et qu'Il communique aux occupants de la terre et des cieux. En priant sur le Prophète (r) en effet, le serviteur réclame au Très-Haut de lui réserver les éloges et les honneurs. Il méritait par conséquent de jouir relativement en retour de ces éloges en sachant que la récompense est de même nature que les actes.
31- Elle lui rapporte la bénédicti
on dans ses œuvres, sa durée de vie, et ses différentes affaires. Comme il implore en effet la bénédiction en faveur du Prophète (r) et de sa famille, il méritait en retour d'être comblé de la même faveur en sachant que ses propres invocations en faveur du Prophète (r) sont automatiquement exaucées et que la récompense est de même nature que les actes.
32- Elle permet d'obtenir la Miséricorde divine qui peut prendre le sens de prière –selon une certaine tendance – bien que selon la meilleure tendance, la prière est un effet de la Miséricorde divine. Quoi qu'il en soit, dans les deux cas, il reçoit la cette Miséricorde.
33- Elle lui permet d'entretenir et d'augmenter les sentiments qu'il éprouve vis-à-vis du Prophète (r), en sachant que l'amour du Prophète (r) est un acte de foi incontournable. Plus l' « être » est bien-aimé, plus ses qualités et ses caractéristiques attirantes sont évoquées et présentes à l'esprit et plus les sentiments à son égard augmentent. Son souvenir à l'ardeur grandissante anime et envahit tout le cœur. Lorsque ce sentiment n'est pas entretenu, il perd de son intensité. La chose la plus attirante à la vue, c'est de contempler son bien-aimé et la chose la plus attirante au cœur, c'est de se remémorer ses qualités. ce sentiment intense se manifeste à travers les paroles en faisant incessamment ses éloges.
34- Elle lui permet d'obtenir en retour l'amour du Prophète (r) de la même manière qu'elle permet d'entretenir l'amour du Prophète (r).
35- Elle est un moyen de le guider sur le bon chemin et de vivifier son cœur. Plus il prie sur lui (r) en effet, plus son cœur se remplit d'amour de sorte qu'il n'éprouve plus aucune réticence vis-à-vis de ses commandements et de ses enseignements qui vont s'imprégner en lui comme l'encre s'imprègne sur une feuille. Ils sont toujours présents avec lui et l'orientent constamment sur le chemin du savoir et du bonheur. Sa clairvoyance et son savoir ainsi accrus le pousseront à prier sur lui (r) davantage.
36- Toutes les fois qu'il prie sur le Prophète (r), son nom lui est transmis par les anges ; cet honneur suffit à lui-même !
37- Elle permet de lui raffermir le pas au moment de traverser le Sirât.
38- Prier sur le Prophète (r) est le moindre des droits que nous lui devons. C'est une façon de lui exprimer notre reconnaissance pour tous les bienfaits qu'Allah nous a procurés par son intermédiaire. Bien qu'il soit impossible de lui être pleinement reconnaissant, dans Son infinie Générosité, Allah se contente de peu de la part de Ses serviteurs.
39- Cela implique d'évoquer le Seigneur et de Le remercier pour avoir envoyé un tel Prophète aux nous attendent une fois arrivés au bout de ce chemin et une fois parvenus à Sa rencontre. Ainsi, nous croyons à l'Existence de notre Seigneur, à Son Savoir, à son écoute, à Sa Puissance, à Sa Volonté, à Ses Attributs et à Sa Parole. Nous avons foi également aux enseignements du Prophète (r) qu'Il a envoyé et à qui nous vouons un amour parfait. Ce Prophète que nous aimons et à qui nous croyons nous a fait découvrir ces différents fondements de la foi. Prier sur lui constitue donc l'une des œuvres les plus méritoires.
40- La prière sur le Prophète (r) est une forme d'invocation en sachant qu'il existe deux sortes d'invocations ; premièrement : le serviteur invoque en sa propre faveur et deuxièmement : il fait les éloges de l'Ami proche et du Bien-Aimé d'Allah. Ainsi, pour plaire à Dieu, il privilégie de prier sur Son Messager (r) au dépend de prier pour lui-même. Il préfère plaire à Allah et à Son Messager et se sacrifier que de chercher à résoudre ses propres affaires. En récompense à celui qui Le privilégie à Ses créatures et à ses propres besoins, Allah le privilégie à Ses autres créatures étant donné que la récompense est de même nature que les actes...

Que les Prières et les Salutations d'Allah soient sur notre Maître Mohammed ainsi que sur sa famille ses compagnons !

Traduit et adapté par :
Karim ZENTICI
Relu par Abu Hamza Al-Germâny

Publié par le bureau de prêche de Rabwah (Ryadh)

Fî amânillah
Repost 0