Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 août 2010 5 27 /08 /août /2010 13:28

Salamou aleykum La planete est une amana q'u Allah a confier aux hommes nous devons faire notre possible pour la preserver pour le bien de tous alors voila quelques astuce pour arreter les produits chimiques dans nos maisons

 

(Qui se souvient de Martine :-D)

 

- dégraisser les surfaces et les éviers : le bicarbonate de soude

- nettoyer ses cuivres : jus de citron ou vinaigre balnc

- détartrer et faire briller carrelages et robinetteries : vinaigre blanc (toujours !!)

- nettoyer l'inox : jus de citron

- les lavabos et la baignoire en émail : bicarbonate de soude

- désinfecter pas d’eau de javel !!!2 ou 3 gouttes d'huiles essentielles de thym avec une cuillère à soupe et demie de vinaigre blanc dans un seau d'eau.

- désodoriser : oubliez tous ces aérosols qui sont extrêmement nocifs et privilégiez les huiles essentielles ou le papier d'Arménie.

- nettoyer des meubles en bois : huile de lin ou cire naturelle d'abeille.

- chasser les acariens : huiles essentielles de menthe, d'eucalyptus, de citronelle ou d'arbre à thé.

- nettoyer les vitres : utiliser un papier journal froissé et mouillé puis repasser un coup avec du journal sec, ou alors vinaigre blanc dans de l'eau bien chaude.

- pour nettoyer les sols, mettre du savon de Marseille avec du vinaigre blanc et des huiles essentielles.

Fabriquer de la lessive écolo et pas chère : mettre 150 g de savon de Marseille dans 3 litres d'eau et mélanger.

Tout le monde connait l'émission "C'est du propre" sur m6 ? Voici quelques astuces piquées aux Reines du Ménage :

: (ingrédients à avoir chez soi pour tout nettoyer)

- Le vinaigre blanc incolore et très bon marché. Exellent détartrant pour les toilettes, la robinetterie et les éviers. Egalement efficaces pour nettoyer les miroirs et les vitres. Peut également s"utikiser comme désinfectant.

- Bicarbonate de soude.

- Le savon noir. Savon liquide parfaitement dégraissant pour nettoyer fours et hottes. Enlève aussi les tâches de goudron et de peinture à l'huile. Excellent shampoing pour les animaux domestiques.

- Savon de Marseille. En copeaux pour nettoyer le marbre, appliqué à sec pour nettoyer une tache de sans. En grattant le savon avec les ongles, il les protège de la saleté lors d'activités de bricolage.

- Les huiles essentielles. Désinfectants très puissants et répulsifs contre les insectes. Diluées dans un vaporisateurs, elles désodorisent de façon 100 % naturelle.


REDONNER DE L4ECLAT A UN CADRE DORE :
Tout d'abord, mélangez 2 blancs d'oeuf montés en neige et une cuillère d'eau de javel. Puis étalez la mixture sur le cadre avec d'un pinceau. Laissez sécher 5 minutes et frottez avec une petite brosse. Lustrez ensuite avec un chiffon doux.


ENTRETIEN DE BOTTE EN CUIR :
Tout d'abord, dépoussiérez vos bottes à l'aide d'une brosse. Mélangez ensuite 2 cuillères de vinaigre avec de l'eau et frottez vos bottes avec ce mélange. Appliquez ensuite de la graisse animale (vous en trouverez en droguerie) et lustrez avec un chiffon doux, idéalement en laine. Cela est valable pour tous les objets en cuir.


NETTOYAGE A SEC A DOMICILE :
Tâche de graisse sur vêtements en peau : répandez sur le vêtement en peau de la farine de maïs. Laissez reposer pour que le gras soit absorbé. Brossez ensuite votre vêtement.
Pour une tâche qui vient d'être faite sur l'un de vos vêtements, vous pouvez l'enlever immédiatement en la frottant avec de la mie de pain.


NETTOYAGE DE BROSSES PEIGNES ET AUTRES USTENSILES :
Retirez le surplus de cheveux en vous aidant d'une autre brosse ou d'un peigne. Laissez ensuite tremper vos ustensiles dans de l'eau chaude et savonneuse pendant 10 minutes. Rincez ensuite en ajoutant à l'eau de rinçage un verre à moutarde de vinaigre blanc et laisser sécher. Il est aussi possible, lorsqu'un peigne est très sale, de le faire tremper dans de l'ammoniaque. ( note de Linatoun : dans le lave linge avec le linge habituel ça marche aussi très bien )

FENETRE EN PVC
Pour nettoyer votre fenêtres en PVC , ajoutez deux cuillères à soupe de cristaux de soude dans une petite bassine d'eau + une cuillère à soupe d'eau de javel. Nettoyez la fenêtre en la rinçant abondamment. Pour les tâches résistantes, vous pouvez utiliser un produit pour nettoyer les fours.

NETTOYER UN VENTILATEUR
Pour enlever la poussière des pâles de votre ventilateur ajoutez quelques copeaux de savon dans une bassine d'eau et frottez les pâles avec des collants. Pour dépoussiérer les parties inaccessibles, utilisez un pinceau.

SUPPRIMER LES TRACES DE DOIGTS SUR LES PORTES
Pour enlever les traces de doigts ou de salissure sur les encadrements de vos portes, faites une pâte avec de l'eau et de l'amidon puis frottez avec une éponge. Si vous n'avez pas d'amidon sous la main, optez pour une pomme de terre.

ENLEVER DES TRACES D HERBE
Pour enlever des taches d'herbe sur un vêtement, frottez la tache avec un demi citron en effectuant des petits mouvements circulaires. Laissez ensuite sécher avant de mettre en machine votre vêtement.

NETTOYER LES TOMETTE
Brossez les tomettes avec des cristaux de soude pour décoller la crasse accumulée. Frottez les ensuite avec du savon noir et laissez sécher sans les rincer. Le savon noir laisse une couche protectrice. L'huile de lin est parfois utilisée pour faire briller.

REDONNER SON ECLAT A UN EVIER EN PIERRE
Nettoyez-le avec du savon noir à l'état pur. Rincez le et répandez de l'eau gazeuse à laquelle vous ajouter du bicarbonate. Laissez agir 10 mins et rincez. Lavez ensuite votre évier à l'eau de et rincer le à l'eau chaude.

UN PULL SANS ODEUR
Votre beau pull en laine est encore propre mais il sent le tabac ? Vous pouvez éviter de le laver si vous le placez pendant la nuit sur un radiateur chaud, le matin, il sentira de nouveau bon. Sa pour nous les convertit après une visite dans la famill, moi quant je vais voir mon grand père après je sans l'odeur infecte què le tabac LOol.

UNE BONNE ODEUR POUR LE COTON ET AUTRE

Lors de la lessive d'un peignoir, de couvertures ou d'un couvre-lit, ajouter à l'eau chaude du rinçage final une pincée de vos sels de bain préférés. Laisser tremper pendant une dizaine de minutes puis terminer le cycle de lesive.

BASKETS SUPER BLANCHES
Pour nettoyer les baskets blanches, mettre du Ace Délicat sur une éponge et frotter en insistant bien sur les tâches.

ACCROCS DANS UN  BAS EN NYLON
Pour arrêter une maille de monter ou de descendre dans un bas de nylon que vous portez, frotter les extremités avec une barre de savon.

BOUTONS BIEN ATTACHES

Les boutons ne se détacheront pas si vous enduisez le fil d’un peu de vernis à ongles transparent.

CAMOUFLER UNE TACHE DE VJAVEL SUR UN VETEMENT

Pour camoufler une tache laissée par de l'eau de javel, il suffit d'utiliser des crayons de couleur applicables sur tissu et de camoufler la tache ou de créer un motif tel une fleur.

CHANDAIL EN LAINE PIQUANT
Pour éviter qu'un chandail de laine ne vous pique la peau, il suffit de le placer au congélateur dans un sac en plastique quelques heures avant de le laver.

NETTOYAGE DES BRULEURS DE LA GAZINIERE
Faites tremper vos brûleurs dans 1 litre de vinaigre de vin et
laissez agir quelques heures.

ATTENUER LES ODEURS DANS LE REFRIGERATEUR
Pour atténuer les mauvaises odeurs du réfrigérateur, déposez quelques bouchons en liège.

NETTOYAGE D’UN REFRIGERATEUR
Le vider entièrement et le débrancher puis déposer à l’intérieur une bassine et une serpillière pour récupérer la glace dégivrée.
Nettoyez ensuite le réfrigérateur avec de l’eau de javel (3 cuillères à soupe) dans 1 litre d’eau. Bien rincer et essuyer avec un chiffon.

NETTOYER LE JOINT DU FRIGO
Appliquez du dentifrice tout au long du joint. Frottez ensuite à l'aide d'une brosse à dents. Le dentifrice agit comme un aseptisant et un désodorisant.Il contient du détergent, des abrasifs et des agents antimicrobiens empêchant ainsi le stockage d’impuretés et autres bactéries qui altèrent l’étanchéité du réfrigérateur.

NETTOYAGE DU MICRO ONDES
Pour nettoyer l'intérieur de votre four introduirez un linge humide et faites chauffer pendant trois minutes. La vapeur va permettre de décoller les tâches des parois. Ensuite frottez avec un peu de soda ou de l'eau gazeuse, les bulles permettront d'enlever les tâches.

ENLEVER LES MAUVAISES ODEURS DANS LE MICRO ONDES
Pour enlever les mauvaises odeurs dans le micro-ondes, il suffit de mélanger un jus de citron dans un bol avec un peu d'eau et de le faire bouillir durant une minute à puissance maximale.

 

NETTOYER DES OBJET EN ARGENT

Utiliser du dentifrice sur toute la surface puis rincer

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
19 août 2010 4 19 /08 /août /2010 13:51

Salamou aleykum

Ddepuis que je suis en âge de travailler je fais des colonies de vacances tout les étés et voici une chanson sympathique arrangée à ma sauce que je voulais vous faire partager . Qu' Allah punisse tout êtres humains qui fait preuve de cruauté envers un animal amin 

 

La Corrida :

El dia
OLÉ
De la primera corrida
Olé !
El toréro
Olé !


s'est mangé oune poteau
AÏE AÏE AÏE AÏE AÏE
AÏE AÏE AÏE PERO PERO
AÏE AÏE PERO PERO
AÏE AÏE PEROO PERO AIYAYAYAYAA

El dia !
Olé
Dé La secounda corrida
Olé
El toréro
Olé

A magé oune pimentoooo

AÏE AÏE AÏE AÏE AÏE
AÏE AÏE AÏE PERO PERO
AÏE AÏE PERO PERO
AÏE AÏE PEROO PERO AIYAYAYAYAA

El dia
Olé
Dé la tercera corrida
Olé
El torero

s’est fait pincé par oune craboooooo
AÏE AÏE AÏE AÏE AÏE
AÏE AÏE AÏE PERO PERO
AÏE AÏE PERO PERO
AÏE AÏE PEROO PERO AIYAYAYAYAA

 

El dia
Olé
Dé la quatercera corrida
Olé
El torero

 

S’est fait piqué par oune médousoooo

AÏE AÏE AÏE AÏE AÏE
AÏE AÏE AÏE PERO PERO
AÏE AÏE PERO PERO
AÏE AÏE PEROO PERO AIYAYAYAYAA

 

El dia
Olé
Dé la cinquenta corrida
Olé
El torero

 

A attrapé la grippooOOOOO

AÏE AÏE AÏE AÏE AÏE
AÏE AÏE AÏE PERO PERO
AÏE AÏE PERO PERO
AÏE AÏE PEROO PERO AIYAYAYAYAA

 

El dia
Olé
Dé la ultima corrida
Olé
El torero

 

 

S’est fait bouffé par el TorOOOOOO

AÏE AÏE AÏE AÏE AÏE
AÏE AÏE AÏE PERO PERO
AÏE AÏE PERO PERO
AÏE AÏE PEROO PERO AIYAYAYAYAA

 

 

 


 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 19:41

 

La zakât, ou aumône purificatrice obligatoire, constitue le troisième pilier de l’Islam.

Le b ut de la zakât (l’aumône purificatrice légale)[1] est de réaliser l’équilibre et la justice sociale, d’empêcher le monopole de l’argent par les riches et encourager la circulation des biens.

Le modèle économique islamique e st différent du capitalisme et du communisme. L’argent en Islam est à Dieu et non pas à l’individu ou à l’Etat.

Celui qui s’acquitte de la zakât protége son argent et le bénie. Il purifie par là son cœur,éléve son âme et fait fructifier ses biens[2]. Dieu lui multiplie les mérites.

 Ibn ‘Umar a dit : « Toute richesse sur laquelle on prélève la zakât n’est pas considérée comme thésaurisée, même si elle est enfouie au fin fond du sol. Mais toute richesse sur la quelle la zakât n’est pas prélevée est considérée comme thésaurisée même si elle n’était pas cachée ». Celui qui thésaurise les biens(et ne donne pas la zakât prescrite) est concerné par le châtiment promis par Dieu dans le Coran à ceux « qui thésaurisent l’or et l’argent ».

[1] Il faut distinguer l’aumône légale (obligatoire) (la zakât), de l’aumône volontaire (méritoire) (sadaqatun). Cette dernière peut être donnée à n’importe quel moment et sans conditions, à ceux qui la méritent. Ainsi, il faut au préalable émettre l’intention de donner la zakât, car les actes ne valent que par les intentions.

(Il peut émettre cette intention (que ceci est zakât) au moment de distinguer la part (valeur) de la zakât ou quant il la distribue)

[2] Dieu dit dans le Coran: « Prélève de leurs richesses une aumône  par laquelle tu les purifies et tu les bénis, et prie pour eux» Sourate 9, verset 103. Et il dit aussi : « Allah anéantit l'intérêt usuraire et fait fructifier les aumônes» Sourate 2, verset 276.

Le Niçâb, le Hawl et la valeur à donner

La Zakât sur l’argent (an-naqdayn : Or et Argent et équivalents), les récoltes et le bétail est une prescription divine. Pour les récoltes, cet impôt doit être payé le jour de la moisson, pour l'or, l’argent, le commerce et le bétail, une fois par année lunaire (Al-hawl). On n’abordera pas ici le Rikâz (trésors trouvés) ni les mines.

 L’année lunaire (al hawl) que l’on doit compter pour l’estimation du gain produit par un capital est celle à partir de laquelle on est devenu propriétaire du capital original. De même, l’année que l’on doit compter pour l’estimation du croît des troupeaux, c’est l’année à partir de laquelle on est devenu propriétaire des mères.C’est-à-dire que même si, au début de cette année, le capital était inférieur au minimum imposable, le contribuable sera tenu de la zakat, dans la mesure où ce capital, soit par gain, soit par croît, a, à la fin de la dite année(lunaire), atteint ou dépassé le minimum imposable(Niçâb).

Le Niçâb: c’est la quantité minimale à partir de laquelle on doit payer la Zakât.

* Pour les céréales (récoltes) le Niçâb est de 5 Wasaq[1], et la valeur à donner au moment des moissons est le dixième ou le demi dixième selon les cas : c’est à dire que si on récolte 600kg de blés par exemple au moment des moissons, on doit donner à ceux qui le méritent le dixième si la terre a été irriguée naturellement avec l’eau de pluie ou par des sources ; ou le demi dixième, si la terre a été irriguée par des moyens humains (machines) (qui impliquent des coûts). (Ceci, sans attendre la fin de l’année lunaire). Si la palmaraie comprend des variétés diverses de dattes, la zakât, calculée sur la totalité, sera acquittée sur la quantité moyenne.

 Lorsque la quantité d’olives atteint le Niçâb (5 Wasaq), on s’acquitte de la zakât sur l’huile qui en est extraite. On donnera de même la zakât en huile, pour le sésame ou les graines de rave. Si ces quantités exigibles (d’olives, de sésame et de rave) sont vendues, on pourra s’acquitter de la zakât sur le prix de la vente.

*Pour la monnaie, le Niçâb a été estimé en France par exemple à environ 1000 Euro en début 2007 (le Niçâb est l'équivalent de 85 grammes d'or et dépend donc du cours de l'or par pays et par année (par période)).

 *Pour l’or : le Niçâb est d’environ 85 g .

 *Pour l’argent : le Niçâb est d’environ 595 g

 Notez que le Niçâb doit être calculé après avoir purgé les dettes, et avoir pourvu aux besoins essentiels (nourriture, habitat, instruction pour le père de la famille ; machine, équipement pour l’artisan ou l’agriculteur).

La dette n’annule en rien la zakât lorsqu’il s’agit de la zakât sur les grains, les fruits et le bétail.

Au cas où la valeur des biens atteint le Niçâb légale au début de l’année lunaire, puis baisse au cours des mois qui suivent, puis remonte à la fin de l’année (pour atteindre ou dépasser le niçâb), les malikites et les hanafites ordonnent au propriètaire de payer la zakât. Mais les shafi’ites et les hanbalites mettent comme condition -pour soumettre des biens à la zakât-que le Niçâb soit atteint durant toute l’année lunaire sans interruption.[2].

Pour l’or, l’argent et pour tout ce qui est action commerciale ou monnaie la valeur à donner (après l’écoulement de l’année lunaire, si le Niçâb est atteint) est : le quart du dixième c'est-à-dire 2.5%.

 Pour le commerce il est à noter que pour calculer l’année lunaire (al-hawl) le bénéfice est ajouté au capital (origine), même si le capital était au dessous du Niçâb (au début de l’année).

 Celui qui acquiert par voie de succession ou de donation un bien ‘ardou qui retire des céréales de sa terre et s’est acquitté de la zakatdont ces céréales étaient tenues, n’est point astreint à la zakat sur tout cela avant que ces biens ne sortent de son patrimoine par voie de vente. En ce cas, pour le paiement de la zakat, il attendra un an (lunaire) depuis le jour où il aura perçu le prix de la vente[3].

*Quant au bétail (voir plus loin pour son Niçâb): on donne la Zakât sur l’ensemble du bétail (qu’il soit issue d’un don ou acheté) s’il a atteint le Niçâb et si l’année est passée. Exception faite sur le bétail qui à l’origine n’avait pas atteint le Niçâb et on lui ajoute d’autre bétail (don ou achat), il faut compter (pour calculer l’année « Al hawl ») à partir du moment ou le deuxième bétail est ajouté. L’année que l’on doit compter pour l’estimation du croît des troupeaux, c’est l’année à partir de laquelle on est devenu propriétaire des mères.

Dans notre école Malikite :

 Pas de Zakât sur les bijoux de la femme (sauf s’il elle les utilise pour le commerce ou si elle les épargne pour augmenter leur valeur et les vendre ou pour servir à payer une dot).

 Pas de Zakât sur les chevaux.

 Pas de zakât sur le miel ni sur sur les fruits frais et légumes (sauf s’ils sont vendus : là il faut compter une année lunaire après la réception du paiement (qui a atteint le Niçâb) pour payer la zakât).

Nul n’est tenu de payer la zakât sur son esclave[4], sur son cheval, ni sur sa maison, ni sur les acquisitions destinées à l’usage personnel, immeubles bâtis ou autres biens « ‘ard », ni sur les bijoux d’usage personnel.

Pas de zakât sur les biens (‘urûd) tant qu’ils ne sont pas destinés au commerce. Si le bien est vendu après un an ou plus suivant le jour où l’on posséde son prix ou suivant le jour où l’on a acquitté la zakât sur ce bien, la zakât sera alors payée sur le prix de sa vente, pour un exercice annuel (année lunaire), du moment qu’il est resté un an ou plus, avant d’être vendu.

*Pour les biens commerciaux circulants (‘ayn aw ‘ardu al-mudîr), où l’on ne détient pas d’argent ou de marchandises de manière stable, on évaluera chaque année (lunaire) les biens commerciaux possédés. On paiera dessus la zakât, ainsi que sur l’argent disponible alors.

La période annuelle comptée pour la zakât sur un profit est la période annuelle de son capital (comme indiqué précédemment).

Les entreprises de type société industrielle et/ou commerciale, font l’objet du prélèvement (annuel[5]) de la Zakât qui touche les marchandises ou biens (destinés à la vente). Cette Zakât ne s’étend ni aux outils ni aux équipements ni aux véhicules, ni aux locaux ni au mobilier acquis pour utilisation et non destinés à la vente.

*Le créancier n’est pas tenu de payer la zakatpour la valeur qui lui est due avant qu’elle ne lui soit remboursée. Si cette valeur est demeurée plusieurs années entre les mains du débiteur, le créancier ne paiera la zakat que pour une année(lunaire) à partir du moment où il l’aura recouvrée.

Il en va de même pour les biens ‘ard destinés au commerce de spéculation[6] : le propriétaire n’en paiera pas la zakat avant de les avoir vendus. Si la créance ou les biens commerciaux ‘ard sont issue d’héritage, la zakât exigible sera due l'année(lunaire) suivant ce qui a été encaissé de ceux-ci.[7]

Exemples de calcul de la Zakât  sur la monnaie(al-mâl):

Supposons que le Niçâb est 1000 Euro. (A noter que ce Niçâb change en fonction du pays, du cours de l'or... : consultez la mosquée ou le centre islamique le plus proche pour le connaître)

On suppose aussi que la somme présentée ici pour chaque exemple est le solde après déduction des dépenses vitales et charges (besoins principaux).

 -Une personne possède 1200 euro (sur son compte) au 2 du mois de Muharram de l’année 1424 (de l’hégire).
Au 2 du mois de Muharram de l’année suivante (1425) son compte présente un solde créditeur (net) de 1000 euro.
Il doit donc donner la Zakât  sur 1000 euro qu’il posséde à la fin de l’année lunaire. Il donnera donc 2.5%*1000 = 25 euro : au 2 mois de Muharram de l’année 1425.

  

-Une personne possède 2000Euro sur ses comptes au 11du mois de Muharram de l’année 1424 (de l’hégire). 6 mois plus tard il n’a plus que 500EUR.

Au 11 du mois de Muharram de l’année suivante (1425) ses comptes présentent un solde créditeur (net) de 1500 euro.
Il doit donc donner la Zakât  sur 1500 euro qu’il posséde à la fin de l’année lunaire. Il donnera donc 2.5%*1500= 37.5 euro : au 11 du mois de Muharram de l’année 1425.

 -Une personne possède 1500Euro sur ses comptes au 10 du mois de Muharram de l’année 1424 (de l’hégire). 8 mois plus tard il n’a plus que 600EUR.

 Au mois 10 de Muharram de l’année suivante (1425) ses comptes présentent un solde créditeur net de 900 euro.
Il ne donnera pas de zakât car il ne posséde pas de niçâb à la fin de son année (au moment de la donner).

 En pratique donc : (pour la monnaie : al-mâl)

Le montant à prendre en compte pour calculer la Zakât est considéré dés le moment où il a atteint ou dépassé le Niçâb (après déduction des charges dues et dépenses essentielles) à la fin de l’année (lunaire):

Il faut l'écoulement de l'année lunaire sur le montant de l'épargne ou de l'économie réalisée (valeur immobilisée). Pour le cas du commerce, le montant considéré pour le paiement de la zakât comprend le total du bénéfice net et du capital, après l’écoulement de l’année lunaire (cette année est calculée à partir du moment où on a possédé le capital (l’origine) même si ce dernier n’avait pas atteint le Niçâb).[8]

.On définit les revenus non essentiels comme étant le revenu déduit des dépenses vitales ou encore l’actif liquide.

Toute personne dont le total de l’épargne ou des revenus non essentiels ou de l’actif liquide atteint ou dépasse le Niçâb à la fin de l’année lunaire: doit donner 2.5% de cet actif .

 Notez bien :

Au cas où la valeur des biens atteint le Niçâb légale au début de l’année lunaire, puis baisse au cours des mois qui suivent, puis remonte à la fin de l’année (pour atteindre ou dépasser le niçâb), les malikites et les hanafites ordonnent au propriètaire de payer la zakât. Mais les shafi’ites et les hanbalites mettent comme condition -pour soumettre des biens à la zakât-que le Niçâb soit atteint durant toute l’année lunaire sans interruption.[9]

La question de Hawlân al-hawl :

Dans notre école : si la personne posséde un Niçâb d’or ou d’argent au début de l’année (lunaire) puis que cela diminue durant l’année puis à la fin de la dite année il gagne enfin ce qui lui permet d’atteindre le Niçâb : à ce moment la zakât est obligatoire car la période annuelle comptée pour la zakât sur un profit est la période annuelle de son capital (l’origine). Il en est de même s’il posséde une quantité inférieure au Niçâb et qu’il l’utilise dans le commerce et qu’il gagne ce qui lui permet d’atteindre le Nicâb à la fin de l’année (lunaire) : il doit donner la zakât sur le total (la totalité).[10]

Exemple:

Imaginons une personne qui possède une somme d’argent inférieure au Niçâb pendant moins d’une année lunaire (pendant par exemple 10 mois), puis il achète avec cet argent une marchandise et il la revend avant la fin de la même année lunaire en faisant un gain et il encaisse une somme supérieure ou égale au Niçâb (avant (ou à )la fin de l’année lunaire) : il fera la zakât à ce moment là (à la fin de cette même année lunaire) bien sûr (sur cette somme ) : car en effet on a compté le capital de base(bien qu’inférieure au Niçâb) comme point de départ du calcul de l’année lunaire du moment qu’avec son commerce(par cet argent) il arrive à une somme supérieur ou égale au Niçâb à la fin de l’année lunaire.

 Voir absolument à propos de la zakât sur les salaires et ses détails:
http://www.doctrine-malikite.fr/index.php?action=forum&subaction=message&id_sujet=51372

 Cas du bétail:

 Les camélidés (les Chameaux, les dromadaires…) : (ibilun)

Niçâb : (pour celui qui possède) 5 camélidés jusqu’à 24, le détail est le suivant :

Celui qui possède seulement 5 camélidés doit donner un ovin d’un an. Celui qui possède 10 camélidés doit donner deux ovins d’un an chacun. Celui qui possède 15 camélidés doit donner trois ovins d’un an chacun. Celui qui possède 20 camélidés doit donner quatre ovins d’un an chacun.

Niçâb : de 25 jusqu’à 35. Valeur à donner : une chamelle qui a fait sa première année.

Niçâb : de 36 et jusqu’à 45. Valeur à donner : une chamelle qui a fait sa deuxième année.

Niçâb : de 46 et jusqu’à 60. Valeur à donner : une chamelle qui a fait sa troisième année (qui entamme quatre ans).

Niçâb : de 61 et jusqu’à 75. Valeur à donner : une chamelle qui a fait sa quatrième année.

Niçâb : de 76 et jusqu’à 90. Valeur à donner : deux chamelles qui ont fait deux ans chacune.

Niçâb : de 91 et jusqu’à 120. Valeur à donner : deux chamelles qui ont fait trois ans chacune.

Niçâb : de 121 et jusqu’à 129. Valeur à donner : deux chamelles qui ont fait trois ans chacune ou trois chamelles qui ont fait leur deuxième année (le choix est au collecteur).

Niçâb : de 130 et plus : compter à chaque dizaine : dans chaque tranche de quarante, une chamelle qui a fait sa deuxième année et pour chaque cinquantaine, une chamelle qui a fait sa troisième année. Exemple : pour 130 camélidés, donner : une chamelle qui a fait sa troisième année (pour 50) et deux chamelles qui ont fait leur 2 ans (pour 80) ; pour 140 camélidés, donner : 2 chamelles qui ont fait leur troisième année chacune et une chamelle qui a fait sa deuxième année; pour 150 camélidés : donner 3 chamelles qui ont fait 3 ans chacune…

Les ovins et caprins :

Niçâb : 40 jusqu’à 120. Valeur à donner : un ovin d’un an (qui entamme sa deuxième année).

Niçâb : de 121 jusqu’à 200. Valeur à donner : deux ovins d’un an.

Niçâb : de 201 jusqu’à 300. Valeur à donner : trois ovins d’un an.

Niçâb : plus 300. Valeur à donner : pour chaque 100 on donne un ovin d’un an.

(Exemple pour 400 : il donnera 4 ovins d’un an)

 

Les bovins :

Niçâb : de 30 jusqu’à 39. Valeur à donner : un veau de plus de deux ans (qui entamme sa troisième année).

Niçâb : 40. Valeur à donner : une vache dans sa quatrième année (qui a fait ses 3ans).

Niçâb : plus de 40 (normalement jusqu’à 59 on ne donne toujours qu’une vache dans sa quatrième année). Valeur à donner : un veau de plus de deux ans pour chaque trentaine de vaches et une vache dans sa quatrième année pour chaque quarantaine. Pour 60 il donnera donc deux veaux de plus de deux ans chacun, à 70 il donnera : un veau de plus de deux ans et une vache dans sa quatrième année…

([1] Il y a divergence sur l’équivalent en Kg de ce Niçâb : dans une version il s’agit d’environ 653Kg et dans une autre 518 Kg et 400g, d’autres estiment que c’est plutôt 800Kg.

 [2]Hasan ayyoub Fiqh al-‘ibâdât page 119.

 [3] Ibn Abî Zayd (la Risâla Chapitre 25) : pour les biens ‘ard’ acquis par succession ou donation, on ne paie pas la Zakât tant qu’on les conserve en propre. Dès qu’on les vend, ou est tenu de la Zakat un an après la perception du prix. Pour les produits qu’on a retirés de son champ, on paie une fois la Zakât normale,à la récolte. Mais, si on garde ces produits par devers soi, on n’a plus à payer pour eux aucun impôt. Celui-ci n’est dû que si on les aliène, et un an après l’aliénation.

 [4] Cela n’existe plus de nos jours grâce à Dieu.

 [5] Il s’agit de l’écoulement de l’année lunaire.

 [6] Ce commerce se différencie du commerce courant en ce que l’on attend, pour vendre, les marchandises, une hausse considérable des prix. C’est en somme de l’accaparement. Il est licite s’il n’a pas pour effet de priver les musulmans du nécessaire.

 [7] La Risâla chapitre 25.

 [8] Pour le cas du commerce, le montant considéré pour le paiement de la zakât comprend le total du bénéfice net et du capital, après l’écoulement de l’année lunaire (cette année est calculée à partir du moment où on a possédé le capital (l’origine) même si ce dernier n’avait pas atteint le Niçâb).

 [9] Hasan ayyoub Fiqh al-‘ibâdât page 119.

 [10]Al-Fiqh ‘alâ al-madhâhib al-arba‘a d’al-jazîrî tome I page 539. )

 

A qui donner la Zakât?

Dieu dit dans le Coran : « Les aumônes ne sont destinées qu’aux pauvres, aux miséreux, aux agents qui y sont affectés, à ceux qui ont été ralliés (à la cause de l’Islam), à racheter la liberté des gens, à les acquitter de leurs dettes, au service de Dieu et à l’étranger de passage »[1]

Dieu dit aussi dans le Coran : « Aux nécessiteux qui se sont confinés dans le sentier d'Allah, ne pouvant parcourir le monde, et que l'ignorant croit riches parce qu'ils ont honte de mendier- tu les reconnaîtras à leurs aspects - Ils n'importunent personne en mendiant (ils ne demandent rien). Et tout ce que vous dépensez de vos biens, Allah le sait parfaitement. »[2] 

La Zakât est donnée de préférence et prioritairement aux proches qui sont dans le besoin (qui n’arrivent pas à avoir ce qui leur suffit dans l’année : c’est la définition du pauvre dans la doctrine malikite: ils doivent manquer au moins d’une partie de l’indispensable pour vivre une année, ou de ce qui suffit aux dépenses communes d’entretien). Elle ne peut pas être donnée aux personnes qui sont légalement à notre charge : comme nos parents ou nos enfants. Ni à ceux qui sont à la charge obligatoire de quelqu’un d’aisée et capable de subvenir à leur Nafaqa.

Le fait de la donner aux proches pauvres implique la double récompense: celle de renouer le lien de sang et celle de l'aumône.

 Elle est à donner aussi :
Aux pauvres (qui n’arrivent pas à avoir leur suffisance dans l’année : c’est la définition du pauvre dans la doctrine malikite: ils doivent manquer au moins d’une partie de l’indispensable pour vivre une année, ou de ce qui suffit aux dépenses communes d’entretien). Ceci même s’ils possédent le Niçâb. Ils donneront obligatoirement la zakât sur leur Niçâb.


Aux nécessiteux ou miséreux (al-masâkîn (les nécéssiteux) sont encore plus dans le besoin que les pauvres)
Les pauvres et les nécessiteux qui peuvent recevoir la Zakât doivent être obligatoirement musulmans, libres et ne faisant pas partie de la descendance des Banî Hâshim[3]. Ces derniers doivent recevoir normalement une part du trésor islamique, si ce n’est pas le cas, et s’ils sont dans la misère, ils peuvent dans ce cas recevoir la Zakât.

Aux collecteurs de la Zakât(les fonctionnaires chargés de cette collecte)  (cela n’existe plus de nos jours dans la plupart des pays de l’Islam).

A ceux qui viennent d’embrasser l’Islam pour les encourager, ainsi qu’aux non musulmans qu’on espère faire aimer l’Islam ou encourager à l’embrasser.[4]

Pour libérer de leurs dettes : les personnes (même morts) qui n’ont rien pour rembourser à condition que cette dette ne soit pas pour l’illicite (sauf s’il y a repentir) et qu’elle soit pour autrui et non pour Dieu (comme l’expiation) et que la dette ne soit pas contractée dans l’espoir de prendre part aux aumônes légales: (les personnes bénéficiaires doivent être obligatoirement musulmans, libres et ne faisant pas partie de la descendance des Banî Hâshim).

Pour la cause de l’Islam et pour servir la cause de Dieu[5].

A l’étranger de passage : (qui est loin de sa famille et de son argent : il doit être obligatoirement musulman, libre, ne voyageant pas pour l’illicite et ne faisant pas partie de la descendance des Banî Hâshim)(On lui donnera ce qui lui permet de l’aider à regagner son pays s’il ne peut emprunter, s’il trouve quelqu’un qui lui emprunte l’argent et qu’il est riche dans son pays(pour rembourser cela) on ne lui donnera pas:D’autres disent qu’on peut lui donner malgré cela : Ibn Al-qâsim préfére qu’on lui donne.).

Il est détestable de dire aux pauvres et nécéssiteux qu’il s’agit de la zakât lorsqu’on leur donne car cela va les blesser.

يكره إعلام الفقير والمسكين بأن ما يعطيان زكاة، لأن ذلك يكسر قلبيهما

 La Zakât est donnée dans l’endroit où elle est obligatoire (et on ne la transporte pas à la distance du Qasr (environ 81 Km) ou plus) (sauf si les proches qui la méritent habitent un autre pays (ou ville), dans ce cas elle peut leur être envoyée : selon les hanafites). Selon nous elle ne peut être transporté (vers l’autre ville) que si les gens dans l’endroit de destination en ont plus besoin : on transportera alors la majorité à eux dans ce cas.

 En considérant la divergence des savants à propos de ce dernier point on conclut que :

 On ne donnera la zakât en dehors du pays (ville) où elle est obligatoire que s’il y a surplus dans ce dernier, ou que les gens dans le deuxième pays (ville) en ont plus besoin.

 ذهب الشافعية والحنابلة والمالكية في أصح الروايات عنهم الى أنه لا يجوز نقل الزكاة الى بلد آخر، لانه حق وجب لأصناف بلد، فاذا نقلت الى بلد آخر لم يجزئهم كالوصية بالمال الى أصناف البلد.

وقالوا في القول الآخر عنهم بجواز النقل، لانه دفع الحق الى مستحقه فبرئ منه كالدين، وكما لو وزعها في بلدها 

حاشية الخرشي على خليل 2/223

 فنقول:

 

لا تنقل الزكاة عن البلد الذي وجبت فيه إلا إن فضلت أو كان أهل البلد المنقولة إليه أشد حاجة من أهل بلد الوجوب .

 [1] Sourate 9, verset : 60.

[2] Sourate 2, verset 273.

[3] Selon les Hadîths et par respect à cette noble famille du prophète (paix et salut sur lui). La descendance des Banî Hâshim peut recevoir par contre des aumônes autres que la Zakât.

[4] Si cela présente un intérêt pour l’Islam et les musulmans.

[5] Ibn ‘Âshir cite ici exclusivement : « Al-Ghâzî » c'est-à-dire le Mudjâhid qui s’apprête à combattre pour Dieu, même s’il est riche (il doit être libre, musulman et ne faisant pas partie des banû Hâshim) ou encore l’espion même s’il est mécréant(il doit dans ce cas être uniquement libre), s’il est musulman il doit être libre et ne faisant pas partie des banû Hâshim.On peut acheter de la zakât les armes du Djihâd et les chevaux du Djihâd.

Chez les malikites la zakât ne peut pas être donnée(ou servir) pour construire une mosquée par exemple ni pour racheter (fidâ) un prisonnier….

source: http://www.doctrine-malikite.fr/La-Zakat_r30.html

 

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 13:18
Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 13:12
Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 13:04
Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 12:56

 

Partager cet article
Repost0
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 12:24

http://cluster011.ovh.net/~sweethom/blogWP/wp-content/uploads/2012/06/femme-de-menage-produits-menagers.jpgLa femme musulmane est-elle tenue de faire les travaux ménagers ?

Question :La femme est-t-elle tenue d'effectuer les travaux ménagers en islam ?

 
Réponse :

Répondre par "Oui elle le doit" ou par "Non elle n'y est pas tenue" serait simplificateur. Un développement est nécessaire pour que ce point soit appréhendé sous différents angles.

D'un côté il existe un Hadîth qui dit : "La femme est une bergère à propos du domicile conjugal et des enfants, et sera questionnéeà ce sujet" (rapporté par al-Bukhârî, n° 2416, et Muslim, n° 1829). On voit de même que Fâtima, épouse de 'Alî et fille du Prophète, moulait le grain et qu'elle vint un jour demander à son père de lui donner un serviteur parmi les captifs. Le Prophète ne put cependant honorer sa demande, et dit : "Je ne peux pas vous en donner et laisser affamés les pauvres de as-suffa parce que je n'ai rien à leur donner. Je retirerai de l'argent de ces captifs et le dépenserai sur ces pauvres" (rapporté par Ahmad). On voit également que Asmâ, épouse de az-Zubayr et fille de Abû Bakr, moulait le grain, cousait le seau de la maison, donnait à manger au cheval de son mari. Elle précisait : "Je n'arrivais pas bien à préparer le pain, et des voisines ansârites le faisaient pour moi. C'étaient des femmes gentilles" (rapporté par al-Bukhârî et Muslim).
D'un autre côté, questionnée un jour par quelqu'un : "Que faisait le Prophète dans sa maison ?", Aïcha raconta : "Il était au service de sa famille. Ensuite, lorsque venait l'heure de la prière, il partait pour la prière" (rapporté par al-Bukhârî). "Il cousait ses vêtements, cousait ses sandales…" (Sahîh ul-jâmi' is-saghîr, n° 4813). "Il était un humain comme les autres humains : il nettoyait ses vêtements, trayait la chèvre et s'occupait de ce dont il avait besoin" (Silsilat ul-ahâdîth is-sahîha, n° 670).

Chacun sait qu'en islam, le mari a l'obligation de subvenir aux besoins de la femme : il doit la nourrir, la loger, l'habiller, payer ses soins. L'épouse n'est pas obligée d'avoir recours à son argent pour les dépenses du foyer. Les deux récits ci-dessus montrent des musulmanes effectuer les tâches ménagères. La question qui se pose ici est : effectuer ce genre de tâches ménagères est-il obligatoire sur l'épouse en contrepartie du fait qu'elle est nourrie, logée, habillée, etc. par son mari ? Ou bien le mari doit-il également payer les services d'une femme de ménage ?

Les avis sont partagés à ce sujet parmi les savants musulmans :

D'après Abû Thawr, Ibn ul-Qayyim et d'autres, l'épouse est tenue d'effectuer les tâches ménagères. Ibn ul-Qayyim justifie cet avis par le fait qu'elle n'a pas à dépenser de son argent ni pour le foyer ni même pour ses propres besoins en termes de nourriture, logement, habits, etc. Al-Albânî écrit qu'on ne peut pas imaginer une famille où le mari serait tenu de travailler chaque jour toute la journée pour obtenir de quoi faire vivre son épouse, tandis que celle-ci resterait à ne rien faire en disant n'être pas tenue d'effectuer les tâches ménagères.

D'après ash-Shâfi'î, al-Muhallab et d'autres, l'épouse n'est pas obligée d'effectuer les tâches ménagères. Si elle le fait, ce ne sera que pure gentillesse de sa part. L'acte de mariage est un contrat qui exprime l'accord de vivre ensemble et d'avoir des relations intimes ensemble, et non la nécessité pour la femme de faire les tâches ménagères, disent ces savants.

 

(Note de Linatoun: j'ai trouvé cette anecdote concernant Omar qui corrobore cette dernière thèse : Dhahâbi, dans son ouvrage Al-Kabâ'ir (les grands pêchés), rapporte ce qui suit :"Un jour, un aveugle se présenta devant 'Umar Ibn El-Khattab avec l'intention de se plaindre du mauvais caractère de son épouse. Tandis qu'il allait frapper à sa porte, il entendit des éclats de voix. C'était l'épouse du Calife qui criait après son époux. 'Umar ne répondait pas. Entendant cela, l'homme rebroussa chemin en disant : "Si telle est la vie de 'Umar qui est réputé pour sa rudesse et sa sévérité, et qui plus est, est le commandeur des croyants, que dire alors de la mienne !" A ce moment-là, 'Umar sortit de chez lui et l'aperçut qui s'éloignait. Il l'appela et demanda l'objet de sa visite. L'homme lui répondit :"J'étais venu me plaindre de mon épouse, mais en entendant ce que j'ai entendu, je me suis retiré en disant, Si le commandeur des croyants vit ainsi avec son épouse, que dire alors de mon cas ".'Umar lui dit :"Mon frère, si je la supporte comme tu le voix, c'est parcequ'elle a des droits sur moi : C'est elle en effet qui prépare ma nourriture, qui cuit mon pain, qui lave mes vêtements et qui allaite mes enfants, alors qu'elle n'est pas obligé de le faire ! A ses côtés, mon cœur s'apaise et s'abstient de commettre l'adultère. Pour toutes ces raisons là, je dois la supporter."L'homme dit :"C'est vrai ! Il en est de même pour ma femme !" ''Umar lui dit :"Alors supporte la mon frère ! Car la vie n'est qu'un court moment !".)

D'après d'autres savants, la réponse dépend de certains facteurs :
Pour at-Tabarî et Ibn Hajar, cela dépend de la coutume du pays où mari et femme vivent. Si les femmes effectuent les tâches ménagères, elle sera tenue de le faire. Sinon ce n'est pas une obligation.
Pour Mâlik, cela dépend de la situation financière du mari : s'il est de situation modeste, l'épouse doit effectuer les travaux ménagers (puisqu'il est absent à cause de son travail et n'a pas les moyens de payer les services d'une femme de ménage). C'est à cause de ce genre de difficultés financières que Fâtima et Asmâ effectuaient les tâches ménagères pour leur mari. At-Tahâwî écrit de même que le mari doit payer les services de quelqu'un pour faire le ménage, et ce dans la mesure où on a besoin de cette aide extérieure.

Je voudrais ici m'inspirer de l'excellente synthèse de ces différents avis faite par Abû Chuqqa (l'auteur de Tahrîr ul-mar'a fî 'asr ir-rissâla) et écrire ce qui suit… Al-Bukhârî a synthétisé la question en écrivant, en commentaire de Hadîths, les trois titres suivants l'un à la suite de l'autre : "Du travail de la femme dans la maison conjugale", "Une servante pour la femme", et "De l'aide que le mari apporte à sa femme". Ce que l'on peut dire c'est que la responsabilité qu'a l'épouse au sujet de la gestion des affaires du domicile conjugal – et qu'indique le Hadîth "La femme est une bergère à propos du domicile conjugal et des enfants, et sera questionnée à ce sujet" – ne signifie pas que l'épouse doive forcément effectuer elle-même l'ensemble des tâches ménagères (préparer les repas, laver et repasser le linge, ranger, nettoyer et embellir la maison). La responsabilité qu'a l'épouse est de veiller à la bonne marche des tâches ménagères. Quant à savoir si c'est elle qui doit effectuer ces tâches, ou si c'est une employée de maison qui doit le faire, ou encore si ces tâches doivent être partagées avec d'autres personnes de la maison (mari, etc.)… cela dépend de plusieurs facteurs, comme :
- les priorités que les sources de l'islam ont définies pour les deux éléments du couple (lequel a comme priorité de travailler pour nourrir la famille, lequel de gérer la maison et les enfants),
- la coutume du pays où ils vivent (est-il d'usage que l'épouse prépare les repas, etc.),
- les possibilités financières du mari (peut-il payer les services d'une employée de maison ou non),
- les capacités physiques de l'épouse (quelle sorte de tâches ménagères peut-elle effectuer dans quelle mesure sans que cela lui cause du tort),
- et le temps qui reste au mari, à l'épouse, aux fils et aux filles après leurs autres obligations (pour qu'ils puissent consacrer de ce temps restant pour apporter leur contribution aux tâches ménagères), exactement comme le faisait le Prophète en dehors des heures où il était à l'extérieur.

Le mieux, je le pense humblement, est que l'homme et la femme définissent clairement ce que chacun attend de l'autre à ce sujet avant le mariage. Si l'homme a des revenus modestes pour un travail qui prend beaucoup de son temps à une distance considérable du foyer, il vaut mieux qu'on s'en rende compte avant le mariage.
Il faut de plus que époux et épouse se souviennent que la vie conjugale est un équilibre constant, pour lequel il faut considérer le cadre des droits et des devoirs (que l'islam a fixé pour chaque élément du couple) comme un cadre auquel il faut certes faire référence mais à propos des manquements duquel il faut aussi savoir fermer les yeux, faire des concessions, bref faire preuve de bonne volonté et apporter du sien… La vie conjugale est un équilibre qui se bâtit sur l'amour et non seulement sur le juridique.

Mes sources pour cet article : Zâd ul-ma'âd, Ibn ul-Qayyim, tome 5 – Fiqh as-sunna, As-Sayyid Sâbiq, tome 2 pp. 465-467 – Adâb uz-zafâf, al-Albânî, pp. 214-219 – Fatâwâ mu'âsira, Al-Qardhâwî, tome 3 p. 585 – Fat'h ul-bârî, Ibn Hajar, tome 9 p. 402 et p. 628 – Tahrîr ul-mar'a fî 'asr ir-rissâla, Abû Chuqqa, tome 5 pp. 131-132

Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

 

source:image http://cluster011.ovh.net/~sweethom/blogWP/wp-content/uploads/2012/06/femme-de-menage-produits-menagers.jpg

Source article  http://www.maison-islam.com/articles/?p=231

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 12:10

 

http://le-carrefour-de-lislam.com/Attributum/images/Golden_Gate__Prophet_Muhammad_Tomb_SAW.jpgCe Sermon fut fait le neuvième jour de Zoul Houja 10 A.H. dans la vallée Uranah du Mont Arafat.

 

Oh Peuple, écoutez-moi attentivement, car je ne sais pas si, après cette année-ci, je serai encore parmi vous. Donc écoutez, ce que je vous dis avec beaucoup d'attention et apportez ce message à ceux qui ne peuvent être présents ici aujourd'hui.

Oh Peuple, tout comme vous considérez ce Mois, ce Jour, cette Cité comme Sacrés, considérez aussi la vie et les biens de chaque Musulman comme Sacrés. Retournez à leurs légitimes propriétaires les biens qui vous ont été confiés. Ne blessez personne afin que personne ne puisse vous blesser. Souvenez-vous qu'en vérité vous rencontrerez votre Seigneur et qu'effectivement, il vous demandera compte de vos actes. Allah  vous a défendu de pratiquer l'usure, donc obligation d'Intérêt sera dorénavant abolie. Méfiez-vous de Satan, pour le salut de votre religion. Il a perdu tout espoir de ne pouvoir jamais vous induire à commettre les grands péchés, méfiez-vous donc à ne pas le suivre en ce qui concerne les petits péchés.

Oh Peuple, il est vrai que vous avez certains droits à l'égard de vos femmes, mais elles aussi ont des droits sur vous. Si elles se soumettent à vous, alors à elles appartiennent le droit d'être nourries et habillées convenablement. Traitez donc bien vos femmes et soyez gentils envers elles car elles sont vos partenaires. Et il est de votre droit de vous assurer qu'elles choisissent leurs amies avec votre approbation, aussi bien que de ne jamais commettre l'adultère.

Oh Peuple, écoutez-moi bien, adorez Allah, faites vos cinq prières quotidiennes. Jeûnez pendant le mois de Ramadân, et donnez votre richesse en Zakât. Accomplissez le Pèlerinage  si vous en avez les moyens. Vous savez que chaque musulman est le frère d'un autre musulman. Vous êtes tous égaux. Aucune personne n'est supérieure à une autre, excepté en piété et en bonne action. Souvenez-vous, un jour vous vous présenterez devant Allah et vous répondrez de vos actes. Donc, prenez garde, ne vous écartez pas du droit chemin après ma mort.

 Oh Peuple, aucun prophète ou apôtre ne viendra après moi et aucune nouvelle foi ne naîtra. Raisonnez bien, donc, Ô Peuple, et comprenez bien les mots que je vous transmets. Je laisse derrière moi deux choses, Le Coran et mon exemple, La Sounnah, et si vous les suivez vous ne vous égarerez jamais.

 Que tous ceux qui m'écoutent transmettent ce message à d'autres et ceux-là à d'autres encore ; et que les derniers puissent le comprendre mieux que ceux qui m'écoutent directement.

 

Sois témoin Ô Allah, que j'ai transmis Ton message à Ton Peuple

 

 

Partager cet article
Repost0
15 août 2010 7 15 /08 /août /2010 12:02

40680 419101421230 243340741230 5362859 7092931 n

 

Qu' Allah nous facilite ce jeun qu'Il nous aide a multiplier les bonnes oeuvres pendant et apres le Ramadan amine

Partager cet article
Repost0