Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2014 5 11 /07 /juillet /2014 22:49
Partager cet article
Repost0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 21:02

~~Ce mois de Ramadan, durant lequel Allah ouvre toutes les portes du bien et de la vertu, n’équivaut pas seulement à s’abstenir de boire et de manger. Actes non négligeables

 

1. La Omra (le petit pèlerinage) : Le Prophète (paix et bénédiction d’Allah soient sur lui) a dit : « Une Omra pendant Ramadan vaut un Hajj (grand pèlerinage) en ma compagnie. »

 

2. Offrir un iftâr (repas de coupure du jeûne) à une ou plusieurs personnes : A ce sujet, le Prophète (paix et bénédiction d’Allah soient sur lui) dit : « Quiconque offre le repas de l’iftâr à un jeûneur aura une récompense égale à celle du jeûne et à celle de la piété accomplie par la force de ce repas »

 

3. Contrôler sa langue : Il convient de se donner les moyens durant ce mois de nous entraîner à nous restreindre de parler. Le prophète dit : « Quiconque ne délaisse pas le mensonge et les mauvaises actions, Allah n’a pas besoin qu’il s’abstienne de manger et de boire »

 

4. Le rappel d’Allah (dhikr) : Se rappeler sans cesse d’Allah par l’évocation continue, comme parexemple « SoubhanAllahi wa bihamdihi » qui signifie « Gloire et pureté à Dieu, ainsi que la louange ». Le Prophète (paix et bénédiction d’Allah soient sur lui) le mentionne également : «Celui qui a dit cent fois par jour: «gloire et pureté à Dieu, ainsi que louange», se voit déchargé de tous ses péchés quand bien même ils auraient le volume de l’écume de la mer»[Rapporté par Boukhari et Moslim]

 

5. La lecture du Coran : Ramadan reste le mois du Coran, il est donc nécessaire de le lire quotidiennement et assidûment. Cette lecture peut s’accomplir à l’aide d’un calendrier répertoriant les noms de sourates à lire chaque jour, durant 20 ou 30 jours.

 

6. Se réconcilier : Avec nos proches, les membres de notre famille et notamment avec nos proches parents. Il faut également maintenir les liens de parenté, cela par le biais d’appels téléphoniques, de visites, d’échanges de cadeaux, même si l’on considère que l’autre est fautif. Le prophète (paix et bénédiction d’Allah soient sur lui), le meilleur des hommes, est celui qui a commencé par la salutation comme moyen de réconciliation.

 

7. La prière de Tarawih : La prière de nuit pendant le ramadan est une sunna comme le Prophète (paix et bénédiction d’Allah soient sur lui) l’a précisé : « Celui qui accomplit la prière de nuit pendant le mois de Ramadan avec foi et en espérant la récompense d’Allah, Allah lui pardonne ses péchés passés. »

 

8. La retraite spirituelle : Elle offre le moyen de se retirer du monde l’espace de quelques jours. Le Prophète (paix et bénédiction d’Allah soient sur lui) a donné lui-même l’exemple en se retirant pour accomplir sa contemplation durant le mois de Ramadan, en guise de dévotion. Il avait pour habitude de passer les dix derniers jours de Ramadan en retraite dans sa mosquée.

 

9. La charité : Ramadan est aussi le mois du partage et de la générosité, d’après les paroles du Prophète (paix et bénédiction d’Allah soient sur lui) qui dit : «La meilleure charité est celle accomplie pendant Ramadan»

 

10. Augmenter son savoir : Pour ce faire, le jeûneur doit essayer de mémoriser des invocations à dire quotidiennement et faire des efforts pour apprendre des versets du noble Coran, dont les mérites sont innombrables : « Le meilleur d’entre vous est celui qui apprend le Coran et l’enseigne. »

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2014 1 07 /07 /juillet /2014 00:47

60 HADITHS D’ACTES MERITOIRES ET EXPIATOIRES DU PROPHETE MUHAMMAD 60 أعمال صالحة ومكفرة من أحاديث رسول الله

 

TRADUCTION REVISEE PAR : FOUAD SIRBAL مراجعة: فؤاد سربال Publié par Le bureau de prêche de Rabwah (Riyadh AU NOM D’ALLAH, L’INFINIMENT MISERICORDIEUX, LE TRES MISERICORDIEUX 60 ACTES MERITOIRES ET EXPIATOIRES

 

L ouange et grâce à Allah, Seigneur des mondes, que la paix et le salut d’Allah soient sur le plus noble des prophètes et messagers. Le but de la vie sur terre pour tout fidèle sincère est d’en sortir lavé de tous ses péchés pour qu’il n’ait pas à en répondre devant le Seigneur le Jour du Jugement dernier et accéder ainsi à la félicité du Paradis pour l’éternité. Nous énumérons, dans ce qui suit, une liste d’actes vertueux expiatoires des péchés et hautement rétribués, extraits des hadiths authentiques. Nous implorons le Seigneur qu’il agrée notre œuvre, certes il est celui qui entend tout et l’Omniscient.

 

LE REPENTIR : 1. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui se repent avant que le soleil ne se lève du couchant (un des signes majeurs annonciateurs de l’apocalypse), Allah accepte son repentir. » Mouslim. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Allah (qu’Il soit honoré et glorifié) accepte le repentir de l’individu tant que celui-ci n’agonise pas. »

 

 

LA QUETE DE LA SCIENCE : 2. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui empreinte un chemin afin d’acquérir une science, Allah lui facilitera un chemin qui mène au Paradis. » Mouslim.

 

LE RAPPEL D’ALLAH (ADHIKR) : 3. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit à ses compagnons : « Ne voudriez-vous pas que je vous dise lesquelles de vos œuvres sont les meilleures, qui sont les plus hautes en valeur auprès de votre Seigneur et qui élèvent le plus vos rangs ; qui sont meilleures pour vous que le don gracieux de l’or et de l’argent et plus méritoire que l’affrontement de l’ennemi qui vous combat et que vous combattez ? Ils (les compagnons) répondirent : « Bien sûr, nous voulons savoir ! » Il dit alors : « le rappel d’Allah qu’Il soit exalté. » At-Tirmidhi.

 

FAIRE LE BIEN ET LE PROMOUVOIR : 4. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Toute bonne action est un acte de charité (sadaqa). Celui qui fait la promotion d’un bien a le même mérite que celui qui l’accomplit. » Boukhâry et Mouslim.

 

LA PREDICATION (ADA’WA) : 5. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui prêche une guidance sera rétribué au même titre que ceux qui le suivent sans que cela diminue leurs rétributions ». Mouslim.

 

ORDONNER LE BIEN ET INTERDIRE LE MAL : 6. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui voit un mal (qu’on commet), qu’il le combatte par la main, s’il ne peut pas le combattre ainsi, alors qu’il le fasse par sa langue et s’il ne peut pas le combattre ainsi, alors qu’il le fasse par son cœur (en le désapprouvant) et cela est le degré de foi le plus faible. » Mouslim.

 

LA LECTURE ET LA RECITATION DU CORAN : 7. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Lisez le Coran, car il viendra le Jour de la résurrection en intercesseur pour les siens. » Mouslim.

 

APPRENDRE LE CORAN ET L’ENSEIGNER : 8. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Le meilleur d’entre vous est celui qui apprend le Coran et l’enseigne. » Boukhâry.

 

LA SALUTATION (AS-SALAM) : 9. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Vous n’entrerez pas au Paradis tant que vous ne croirez pas, et vous ne croirez que lorsque vous vous aimerez les uns les autres. Voudriez-vous que je vous indique ce qui vous fera aimer les uns les autres ? Échangez abondamment la salutation (le fait de dire As-Salam ‘Alaykoum). » Mouslim.

 

L’AMOUR EN ALLAH : 10. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Allah, qu’Il soit exalté, dira le Jour de la résurrection : « Où sont ceux qui se sont aimés en Ma gloire, aujourd’hui Je les abriterai dans Mon ombre, ce jour où il n’y a nulle autre ombre que la Mienne. »Mouslim.

 

LA VISITE DES MALADES : 11. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Il n’y a pas un musulman qui rende visite le matin à un autre musulman malade sans que soixante-dix mille anges ne prient pour lui jusqu’au soir. Et s’il lui rend visite le soir, soixante-dix mille anges prient pour lui jusqu’au matin et il aura un jardin au Paradis. » At-Tirmidhi.

 

AIDER LES AUTRES : 12. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui soulage la détresse d’un autre, Allah le soulagera dans ce bas monde et dans l’au-delà ». Mouslim.

 

LA DISCRETION AU SUJET DES MEFAITS ET DES DEFAUTS D’AUTRUI : 13. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui se montre discret au sujet d’un autre, Allah fera preuve de discrétion à son égard le Jour de la résurrection ». Mouslim.

 

L’ENTRETIEN DES LIENS FAMILIAUX : 14. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « La matrice (ar-rahim : le lien de parenté) est accrochée au Trône en disant : « celui qui soigne mon lien, Allah soignera le lien avec lui ; celui qui coupe mon lien, Allah coupera le lien avec lui. » Boukhâry et Mouslim.

 

LE BON COMPORTEMENT : 15. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Qu’est-ce qui fait le plus accéder au Paradis ? » a-t-on demandé au Messager d’Allah. Il répondit : « La crainte d’Allah et le bon comportement. » At-Tirmidhi.

 

LA VERITE (NE DIRE ET NE FAIRE QUE CE QUI EST VRAI) : 16. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Attachez-vous à la vérité, car la vérité mène au bien et le bien mène au Paradis ». Boukhâry et Mouslim.

 

LA MAITRISE DE SOI PENDANT LA COLERE : 17. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui se maîtrise dans la colère alors qu’il peut l’exprimer, Allah l’invitera le Jour de la résurrection devant toutes les créatures pour lui faire choisir celles qu’il veut parmi les houris. » At-Tirmidhi.

 

L’EXPIATION DU BAVARDAGE : 18. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui, dans une assise, a trop bavardé puis a dit avant de la quitter : « gloire à Toi Seigneur et sois loué, j’atteste qu’il n’y a de Dieu que Toi, j’implore Ton pardon et je me repens à Toi », il lui sera pardonné tout ce qu’il a commis dans cette assise. »At-Tirmidhi.

 

LA PATIENCE ET L’ENDURANCE : 19. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Pour toute fatigue, toute maladie, tout souci, toute peine, tout mal et toute tristesse qui frappent le musulman, fût-ce la piqûre d’une épine, Allah lui absoudra un de ses péchés. » Boukhâry.

 

PRENDRE SOIN DE SES PARENTS : 20. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Honteux, honteux et honteux il sera ! « De qui s’agit-il ? Ô Messager d’Allah ! » Lui a-t-on demandé. Il répondit : « Celui dont les parents ont atteint la vieillesse, l’un des deux ou les deux, et il n’en profite pas pour mériter le Paradis. » Mouslim.

 

ÊTRE AU SERVICE DE LA VEUVE ET DU NECESSITEUX : 21. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui rend service à la veuve et au nécessiteux est comparable au combattant sur le sentier d’Allah. » Celui qui rapporta cette parole dit : « Je crois qu’il a dit aussi : « Et il est comme celui qui prie sans arrêt et celui qui jeûne sans interruption. » Boukhâry.

 

LE PARRAINAGE DE L’ORPHELIN : 22. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Moi et celui qui parraine un orphelin sommes (proches) au Paradis comme le sont ces deux-là » en montrant ces deux doigts : l’index et le majeur ». Boukhâry.

 

LES ABLUTIONS : 23. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui accomplit correctement ses ablutions, ses péchés quitteront son corps jusqu’à sortir d’en dessous ses ongles ». Mouslim.

 

FORMULER LA CHAHADA (L’ATTESTATION DE L’UNICITE) APRES LES ABLUTIONS : 24. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Si quelqu’un accomplit correctement ses ablutions puis dit : « j’atteste qu’il n’y a pas de divinités à part Allah, Seul et sans associé et j’atteste que Muhammad est son servant et Messager. Ô Seigneur fais-moi du nombre des repentis et fais-moi du nombre de ceux qui se purifient », alors les portes du Paradis lui seront ouvertes pour qu’il y entre par celles qu’il veut ». Mouslim.

 

DIRE L’INVOCATION CONSACREE APRES L’ADHAN : 25. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui dit après avoir entendu l’adhan : « Seigneur, Toi à qui s’adressent cet appel complet et cette prière célébrée, accorde à Muhammad « al-wassîla » (un endroit au Paradis) et la place d’honneur au Paradis (al-fadîla) et ressuscite-le au degré que Tu lui as promis » ; lui sera accordée mon intercession le Jour de la résurrection. » Boukhâry.

 

LA CONSTRUCTION DES MOSQUEES : 26. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Quiconque construit une mosquée en souhaitant l’agrément d’Allah, il lui en sera construit l’équivalent au Paradis. » Boukhâry.

 

LE SIWAK (LE BROSSAGE DES DENTS AVEC L’ARAK) : 27. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Ne voulant pas mettre ma communauté dans la difficulté, c’est pour cela que je ne lui ai pas ordonné d’utiliser le siwak à chaque prière. » Boukhâry et Mouslim.

 

LA FREQUENTATION DE LA MOSQUEE : 28. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui va à la mosquée matin et soir, Allah lui prépare une demeure au Paradis pour chaque aller et venue. » Boukhâry et Mouslim.

 

LES CINQ PRIERES OBLIGATOIRES : 29. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Chaque fois qu’un individu musulman, au moment de la prière prescrite, accomplit correctement les ablutions et reste concentré en prière et accomplit correctement son inclinaison, alors cette prière sera pour lui une expiation de tous les péchés qu’il aura fait auparavant, tant que seront évités les péchés majeurs, et ce, toute sa vie durant. » Mouslim.

 

LA PRIERE DU FAJR (L’AUBE) ET CELLE DE ‘ASR (APRES-MIDI) : 30. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui accomplit les deux prières, celle du matin et celle de l’après-midi, ira au Paradis. » Boukhâry.

 

L’OFFICE DU JOUMOU’A (LA PRIERE ET LE SERMON DU VENDREDI) : 31. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui accomplit correctement ses ablutions, puis va au joumou’a et écoute attentivement (le prêche de l’imam), lui seront pardonnés tous ses péchés depuis le dernier vendredi et trois jours en plus. » Mouslim.

 

L’HEURE DU VŒU EXAUCE LE JOUR DU VENDREDI : 32. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Il y a en ce jour une heure pendant laquelle si un musulman demande quelque chose à Allah, Il lui accordera certainement son vœu. » Boukhâry et Mouslim. (Remarque : Les savants disent que c’est la dernière heure de l’‘asr avant le maghreb et Allah est le plus Savant…)

 

LES PRIERES RAWATIB (« LES REGULIERES ») ACCOMPAGNANT LES PRIERES OBLIGATOIRES : 33. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Si un individu accomplit volontiers pour Allah, exalté soit-il, douze unités de prières hors de ce qui est prescrit, alors, certes, Allah lui bâtira pour cet acte une demeure au Paradis. » Mouslim.

 

PRIER DEUX UNITES DE PRIERES APRES UN PECHE COMMIS : 34. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Si un individu commet un péché puis accomplit correctement ses ablutions puis prie deux unités de prières, puis implore le pardon d’Allah, alors, certes, Allah lui pardonnera. » Abou dawûd.

 

LA PRIERE NOCTURNE : 35. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « La meilleure prière après la prière obligatoire est la prière nocturne. » Mouslim.

 

LA PRIERE DU DOHA (PEU APRES LE LEVER DU SOLEIL JUSQU’AU MIDI) : 36. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Pour chacune de vos articulations, vous êtes redevable d’une aumône (sadaqa). Dire subhâna-llahi (gloire à Allah) est une sadaqa, dire alhamdou-lillahi (louange à Allah) est une sadaqa, dire lâ ilâha illa lahou (il n’y a pas de divinité à part Allah) est une sadaqa, ordonner un bien est une sadaqa, interdire un mal est une sadaqa et deux unités de prières de dohâ effectuées valent mieux que tout cela. » Mouslim.

 

PRIER SUR LE PROPHETE D’ALLAH : 37. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui prie pour moi une fois, Allah le bénira dix fois. » Mouslim.

 

LE JEUNE : 38. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Si l’individu jeûne un jour dans le sentier d’Allah, exalté soit-Il, alors Allah éloignera son visage de soixante-dix années du feu (distance). » Boukhâry et Mouslim.

 

JEUNER TROIS JOURS DE CHAQUE MOIS : 39. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Le jeûne de trois jours de chaque mois équivaut au jeûne perpétuel. » Boukhâry et Mouslim.

 

LE JEUNE DE RAMADAN : 40. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui jeûne le mois de Ramadan par foi et en espérant sa récompense sera absout de ses péchés antérieurs. » Boukhâry et Mouslim.

 

JEUNER SIX JOURS DE CHAWAL (LE MOIS QUI SUIT RAMADAN) : 41. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui jeûne Ramadan et le fait suivre par le jeûne de six jours de Chawâl, cela lui sera compté comme le jeûne perpétuel. » Mouslim.

 

LE JEUNE DU JOUR DE ‘ARAFA (LE NEUVIEME JOUR DU MOIS DE DHOUL-HIJJA, LE MOIS DU PELERINAGE QUI EST LE DERNIER MOIS DE L’ANNEE HEGIRIENNE) : 42. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Le jeûne de ‘arafa expie (les péchés de) l’année écoulée et de l’année courante. » Mouslim. Précision : ceci n’est pas valable pour le pèlerin qui ne doit pas jeûner.

 

LE JEUNE DU JOUR D‘ACHOURA (LE DIXIEME JOUR DU MOIS MOUHARAM, LE PREMIER MOIS DE L’ANNEE HEGIRIENNE) : 43. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Et je compte sur Allah pour que le jeûne d‘Achoura expie l’année qui le précède. » Mouslim.

 

INVITER LE JEUNEUR POUR LA RUPTURE DU JEUNE : 44. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui offre à manger à un jeûneur sera rétribué comme lui, sans que cela diminue la part du jeûneur. » At-Tirmidhi.

 

LA VEILLEE EN PRIERE PENDANT LA NUIT DU DESTIN (AL-QADR) : 45. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui veille la nuit d’al-qadr par foi et espérant sa récompense sera absout de ses péchés antérieurs. » Boukhâry et Mouslim.

 

LA CHARITE (SADAQA) : 46. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « La charité éteint le péché comme l’eau éteint le feu. » At-Tirmidhi.

 

LE HAJJ (PELERINAGE A LA MECQUE) ET LA ‘OMRA (PETIT PELERINAGE A LA MECQUE) : 47. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Les péchés commis entre deux ‘omra sont expiés et le hajj agréé n’a d’autre rétribution que le Paradis. » Mouslim.

 

LES BONNES ACTIONS PENDANT LA PREMIERE DIZAINE DE DHOUL-HIJJA : 48. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Il n’y a pas de bonne action qui soit plus aimée d’Allah que celle faite pendant ces jours-ci » (signifiant les dix premiers jours de dhoul-hijja). « Même le djihad dans le sentier d’Allah ? » lui demanda-t-on. Il répondit : « Même le djihad dans le sentier d’Allah sauf un homme qui est parti de chez lui et s’est sacrifié corps et biens. » Boukhâry.

 

LE DJIHAD DANS LE SENTIER D’ALLAH : 49. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Être mobilisé sur le sentier d’Allah un jour est meilleur que posséder ce bas monde et ce qu’il contient. La (petite) part de l’un d’entre vous au Paradis est meilleure que ce bas monde et ce qu’il contient. » Boukhâry.

 

LA DEPENSE DANS LE SENTIER D’ALLAH : 50. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui assure le paquetage d’un combattant dans le sentier d’Allah et celui qui prend en charge sa famille en son absence, sont comme celui qui est parti au combat. » Boukhâry et Mouslim.

 

PARTICIPER A LA PRIERE FUNEBRE ET SUIVRE LE CORTEGE FUNERAIRE : 51. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui assiste à la cérémonie funèbre jusqu’à la prière aura un quirat (le mot arabe qui a donné le mot carat). Celui qui reste jusqu’à l’enterrement aura deux quirats. » Qu’est-ce que deux quirats lui a-t-on demandé ? Il répondit : « C’est l’équivalent de deux grandes montagnes. » Boukhâry et Mouslim.

 

PRESERVER SA LANGUE ET SA CHASTETE : 52. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Quiconque me garantit (de préserver) ce qu’il y a entre sa barbe et sa moustache et ce qu’il y a entre ses cuisses, je lui garantis le Paradis. » Boukhâry et Mouslim.

 

DIRE LA ILAHA ILLA LLAHOU ET SUBHANALLAHI WA BIHAMDIHI : 53. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui dit cent fois en une journée « il n’y a pas de divinité à part Allah, seul sans associé, à Lui la royauté et la grâce et Il est capable de toute chose » aura la récompense de celui qui aura affranchi dix esclaves ; on lui en comptera cent bonnes actions et on lui pardonnera cent mauvaises actions et ces paroles lui serviront de protection contre Satan pendant toute la journée jusqu’au soir. Personne n’aura fait mieux que lui à part quelqu’un qui en aura fait plus. » Boukhâry et Mouslim.Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui dit cent fois en une journée : Gloire à Allah à Lui la grâce (soubhâna lahi wa bihamdihi), lui seront ôtés ses péchés même s’ils étaient aussi abondants que l’écume de la mer. » Boukhâry et Mouslim.

 

ÉCARTER LE DANGER DE LA VOIE PUBLIQUE : 54. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « J’ai vu un homme se déplacer librement au Paradis pour avoir coupé un arbre dans la rue qui gênait les passants. » Mouslim.

 

L’EDUCATION ET L’ENTRETIEN DES FILLES : 55. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui a trois filles, qui les loge, qui est bon avec elles et qui les entretient, aura définitivement droit au Paradis. » Ahmad.

 

PRENDRE SOIN DES ANIMAUX : 56. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Un homme a vu un chien en train de manger de la terre de soif, il a, alors, puisé de l’eau avec son soulier pour lui donner à boire jusqu’à satiété. Allah a reconnu son geste et l’a fait entrer au Paradis. » Boukhâry.

 

DELAISSER LA POLEMIQUE : 57. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Je suis garant d’une demeure au sein du Paradis pour celui qui renonce à la polémique même en ayant raison. » Abou dâwûd.

 

LA VISITE AUX FRERES EN ALLAH : 58. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit à ses compagnons : « Ne voudriez-vous pas que je vous dise qui sont vos hommes au Paradis ? » « Bien sûr, Messager d’Allah ! » répondirent les compagnons. Il dit : « un homme rendant visite à son frère à l’autre bout du pays, uniquement pour (plaire à) Allah, celui-là est au Paradis. » At-Tabarâny.

 

L’OBEISSANCE DE LA FEMME A SON MARI : 59. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Si la femme s’acquitte de ses cinq prières, si elle jeûne son mois, si elle préserve sa chasteté et si elle obéit à son mari, alors elle entre au Paradis par la porte qu’elle veut. » Ibnou Hibbane.

 

NE RIEN DEMANDER AUX GENS : 60. Le Messager d’Allah (que la paix et le salut d'Allah soient sur lui) a dit : « Celui qui s’engage devant moi à ne jamais rien demander aux gens, je lui garantis le Paradis. » At-Tirmidhi.

 

Ainsi, se termine l’énumération des 60 actes méritoires et expiatoires en espérant mon frère et ma sœur que l’on fasse tout notre possible pour les mettre en pratique avec l’aide d’Allah le plus Grand et le Très-Haut, enfin que la paix soit sur notre Prophète ainsi que sa famille, ses compagnons et ceux qui les prendront comme exemple et pratiqueront leurs actes.

source image http://www.maxitendance.com/wp-content/uploads/2014/02/Keukenhof-Pays-Bas-Decouverte-Grand-Jardin-Fleurs-Monde-Hollande-00.jpg

Partager cet article
Repost0
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 21:57
Ramadan dimanche 29 juin
Partager cet article
Repost0
24 janvier 2013 4 24 /01 /janvier /2013 19:46
Signes religieux dans les lycées : L’ONU condamne la France à revoir la loi du 15 mars 2004

Le culte de la Déesse Laïcité a fait perdre la tête à la France. Depuis la loi du n° 2004-228 de 15 mars 2004, votée dans un touchant œcuménisme politique, c’est de pire en pire… Oui, mais problème : le Comité des Droits de l’Homme de l’ONU a condamné la France pour l’exclusion d’un lycéen sikh, et elle lui demande de réviser cette loi. Cette décision est le signe ostensible d’une défaite annoncée,… car tout cet édifice a été construit sans principe depuis une décennie et il est condamné à s’écrouler. Il va falloir revenir au réel, respecter le droit international, et revenir aux bases de la laïcité. Car le vrai régime de la laïcité respecte la liberté de religion, c’est une évidence.

Le Conseil d’Etat en excès de vitesse laïque

religion, Laicité, ONU, conseil d'etatPrenons les choses dans l’ordre, et donc commençons par notre excellent Conseil d'État (5 décembre 2007, n° 285394, publié au recueil Lebon), confirmant l’excellente Cour administrative d’appel de Paris (19 juillet 2005), confirmant l’excellent tribunal administratif de Paris (19 avril 2005) qui avait validée l’excellente décision du 10 décembre 2004 du recteur de l'académie de Créteil, qui confirmait l’excellente mesure d'exclusion de Ranjit, élève de 1° au lycée Louise Michel de Bobigny, le 5 novembre 2004.

Ranjit, un sikh, portait un turban, en contradiction avec respecté l’excellente loi du 15 mars 2004, devenu l’excellent article L. 141-5-1 du Code de l'éducation.

Je rappelle les termes de cet article, désormais en survie artificielle : « Dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit. Le règlement intérieur rappelle que la mise en œuvre d'une procédure disciplinaire est précédée d'un dialogue avec l'élève ».

Analyse du Conseil d’Etat : « Si les élèves des écoles, collèges et lycées publics peuvent porter des signes religieux discrets, sont en revanche interdits, d'une part, les signes ou tenues, tels notamment un voile ou un foulard islamique, une kippa ou une grande croix, dont le port, par lui-même, manifeste ostensiblement une appartenance religieuse, d'autre part, ceux dont le port ne manifeste ostensiblement une appartenance religieuse qu'en raison du comportement de l'élève ».

Rnajit, dans un esprit de conciliation, portait le keshi sikh (sous-turban). Pour le Conseil d’Etat, « bien qu'il soit d'une dimension plus modeste que le turban traditionnel et de couleur sombre », ce keshi sikh ne pouvait être qualifié de signe discret et l’élève « par le seul port de ce signe, avait manifesté ostensiblement son appartenance à la religion sikhe », violant l'article L. 141-5-1 du Code de l'éducation.

Le Conseil d’Etat avait poursuivi : « Compte tenu de l'intérêt qui s'attache au respect du principe de laïcité dans les établissements scolaires publics, la sanction de l'exclusion définitive prononcée à l'égard d'un élève qui ne se conforme pas à l'interdiction légale du port de signes extérieurs d'appartenance religieuse n'entraîne pas une atteinte excessive à la liberté de pensée, de conscience et de religion ».

Pendant près d’un siècle, depuis le célèbre arrêt Abbé Bouteyre, (10 mai 1912), le Conseil d’Etat était sur le registre des limites proportionnées au but, en fonction du trouble causé à l’ordre public. La loi au 5 mars 2004 avait changé le registre, passant à une interdiction de principe, et le Conseil d’Etat avait refusé de prendre en compte les textes internationaux pour calmer le Législateur.

Dont acte.

Le Comité des droits de l’homme anéantit la loi du 15 mars 2004

religion, Laicité, ONU, conseil d'etatL’avocat de Rnajit a eu le bon goût de saisir le Comité des Droits de l’Homme de l’ONU, plutôt que la CEDH particulièrement inconstante en matière de liberté de religion. Le résultat est la communication n° 1852/2008, publié le 4 décembre 2012.

Le Comité analyse d’abord la loi du 15 mars 2004, reconnaissant que la France poursuivait un « but légitime », à savoir, en application du principe de la laïcité « préserver le respect de la neutralité dans le service public de l’éducation, ainsi que la tranquillité et le bon ordre dans les écoles ». Le Comité prend note des explications de la France selon lesquelles les mesures prises étaient proportionnées au but recherché, que la loi ne s’appliquait qu’aux élèves des écoles publiques, et que le dialogue était nécessaire avant que soit engagé la procédure disciplinaire. Le comité relève que dans la présente affaire, plusieurs rencontres s’étaient tenues avant que soit prise la mesure d’expulsion.

Je note au passage, comme vous, que le Comité aurait vu les choses de manière différente si une mesure d’interdiction s’appliquait à tous et sans procédure de concertation. Autant dire que la loi niqab, qui est générale, sanctionnée pénalement, et remet en cause toutes les libertés, à commencer par celle d’aller et venir, est bien mal barrée…

Pour fonder en droit sa décision, le Comité fait référence à sa jurisprudence, à savoir le commentaire général n° 22 de l’article 18 du Pacte des droits civils et politiques, qui considère que la liberté de manifester sa religion inclut le port de vêtements et de signe distinctifs. Pour le Comité, il n’est pas contestable que le port du turban par les hommes sikh est une donnée religieuse : « c’est un devoir religieux et un élément d’indentification de la personne ». Aussi, c’est le premier point du raisonnement, l’interdiction du turban est une restriction à l’exercice de la liberté de religion. Toute restriction n’est pas illégale, cela va de soi, mais pour qu’elle soit légale, la restriction doit être proportionnée, et c’est là que les choses se compliquent pour la France.

Un Etat peut restreindre la liberté de manifester sa religion si cet exercice se fait au détriment des devoirs de l’Etat, à savoir assurer la protection de l’ordre public, la santé, la morale ou les droits et libertés des autres personnes.

Le Comité reconnait la pertinence du principe de laïcité, et la volonté de l’Etat de répondre à des incidents ayant marqué la vie scolaire, et en ce sens, la loi sert le but général de protection des droits et libertés d’autrui, dans la mesure où il ne s’agit pas d’une interdiction générale, mais d’une réponse à des incidents.

L’affirmation du lycéen selon laquelle le port du turban n’est pas seulement un symbole religieux mais un élément essentiel de l’identité et un devoir religieux n’est pas contestée par la France.

Mais pour le Comité, la France n’a pas fourni des preuves convaincantes que le port de ce signe religieux avait causé une atteinte aux droits et libertés des autres élèves ou de l’ordre public dans l’école. Aussi, la sanction de l’exclusion était disproportionnée et a eu un impact très défavorable sur la scolarité de notre ami sikh.

La sanction n’était pas nécessaire, et le dialogue entre l’élève et l’école n’a pas été sincère, ne prenant pas en compte la réalité des circonstances de fait. L’attitude de cet élève n’avait créé aucun risque concret, et la seule chose qui a été prise en compte était son appartenance à une communauté religieuse. La France faisait ici valoir, argument pitoyable, que cela permettait de fixer une règle générale par rapport à un élément objectif. Argument nul, répond le Comité : la France n’a pas montré en quoi le « sacrifice » des droits de cet élève était nécessaire et proportionné pour le but recherché. Aussi, l’expulsion de cet élève du lycée a violé les dispositions de l’article 18 alinéa 3 du Pacte, en limitant dans raison son droit à manifester sa religion.

En application de article 2, aliéna 3 du Pacte, la France a l’obligation d’apporter au requérant une réparation adéquate, et surtout, la France à l’obligation de prévenir de nouvelles violations du Pacte. Elle doit aussi, dit le Comit », réviser la loi n° 2004-228 à la lumière de la présente décision, et la France dispose de six mois pour ce faire.

Et alors ?

Alors, cette décision dit une chose très simple ; la loi du 15 mars 2004 est du bidon absolu, nul et non avenu. Il faut en revenir au droit pré-existant, qu’appliquait très bien le Conseil d’Etat : le droit de manifester ses croyances fait partie de la liberté de religion, et les limitations à l’exercice de ce droit ne sont possible qui si elles sont proportionnées à la protection de l’ordre public. Les turbans, foulard et kippas devront donc faire leur retour dans les établissements d’enseignement public, à charge pour les élèves de suivre tous les enseignements et respecter la tranquillité de l’école.

Finalement, c’est simple : en l’absence de trouble à l’ordre public, on fiche la paix aux gens. T’as pigé, Monsieur le législateur, ou il faut te faire un dessin ?

 

religion, Laicité, ONU, conseil d'etat

 

La décision du Comité des Droits de l'Homme de l'ONU du 4 décembre 2012

http://unitedsikhs.org/rtt/doc/BikramjitSinghDecision.pdf

 

L'arret du Conseil d'Etat du 5 décembre 2007

http://www.legifrance.gouv.fr/affichJuriAdmin.do?oldAction=rechJuriAdmin&idTexte=CETATEXT000018007888&fastReqId=2083907263&fastPos=1

Partager cet article
Repost0
7 janvier 2013 1 07 /01 /janvier /2013 21:35

 


 
Partager cet article
Repost0
5 janvier 2013 6 05 /01 /janvier /2013 12:59

SSans titrealamou aleykum

BismilLah

Je vais peut être jeter un pavé dans la mare, peut importe.

Je suis triste quand je vois des soeurs qui n ont pas fait d'étude, même par correspondance,  qui n ont fait que se marier et se retrouvent quelques années plus tard dans des mails d'appel aux dons de la oumma parce que leur mari est décedé ou les a planté  avec trois enfants. Les familles n'acceuillant plus que rarement leur fille redevenue célibataire comme autrefois , sans diplomes elles ne trouvent pas de travail et ne parviennent pas a assumer leur enfants.

Alors mes soeurs, mes jeunes soeurs passez un diplome je vous en prie!  Au  delà de la sécurité financière qu'il peut vous apporter si votre époux disparait quelque soit la raison (Dieu et témoin que je ne le vous souhaite pas mais il serai faux de penser que ça ne peux arriver qu'au autres Allah ister) , cela vous procurera une ouverture d'esprit  une méhodologie de reflexion et des connaissances suffisantes pour accompagner vos propres enfants dans leur évolution!


 
Selon Hakim Ibn Hizam , le Prophète a dit : « La main qui donne (litt. la main haute) est meilleure que la main qui reçoit (litt. la main basse) et commence par ceux dont tu as la charge! La meilleure des aumônes consiste à faire don du superflu. Celui qui fait montre de retenue, Dieu le rend digne, et celui qui se passe d'autrui, Dieu le met au-dessus du besoin. » [Bukhari et Muslim]


Je ne vous demande pas d'enlever votre voile ou de faire des choses interdites.  Il existe des formations même a distance permettant d'obtenir un diplome dans une voie ou le hijab ne posera pas de probleme inch Allah  et vous permettra avec l'aide d' Allah de faire face si besoin
Je ne vous demande pas de vous servir forcement de ce diplome, je vous demande de l'avoir au cas où...
Vous allez me dire qu'il faut placer sa confiance en Allah je suis d'accord ceci dit le hadith suivant est très parlant

Ibn Abbas a dit : " Les gens du Yémen accomplissaient le pèlerinage sans se munir de provisions. Ils disaient  : "Nous sommes de ceux qui placent leur confiance en Allah"; puis quand ils arrivaient à la Mecque, ils mendiaient auprès des gens, alors Allah révéla le verset : ( Rapporté par Ibn Majah et Al-hakim qui a dit qu'il est authentique selon les conditions de Moslim)

الْحَجُّ أَشْهُرٌ مَّعْلُومَاتٌ فَمَن فَرَضَ فِيهِنَّ الْحَجَّ فَلاَ رَفَثَ وَلاَ فُسُوقَ وَلاَ جِدَالَ فِي الْحَجِّ وَمَا تَفْعَلُواْ مِنْ خَيْرٍ يَعْلَمْهُ اللّهُ وَتَزَوَّدُواْ فَإِنَّ خَيْرَ الزَّادِ التَّقْوَى وَاتَّقُونِ يَا أُوْلِي الأَلْبَابِ

"...Et prenez vos provisions; mais vraiment la meilleure provision
est la piété"

 (sourate 2, verset 197)

qu 'Allah vous accorde une longue vie aupres de vos époux mes soeurs. aminne
Faites suivrent baraka Allahou fik

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2013 5 04 /01 /janvier /2013 22:30

Si vous ne me trouvez pas au paradis, prenez de mes nouvelles.

Une fois que les habitants du paradis auront accédé à leurs belles demeures, ils chercheront leurs "bons" compagnons sur terre, avec qui ils accomplissaient des actes d'adoration, et diront:

"Oh Seigneur! nous avions des frères qui priaient et jeûnaient avec nous, nous ne les voyons point ..
Allah leur répondra: Allez en enfer et faites sortir toute personne qui possède une foi de la grosseur d'un atome dans son cœur"

Le prophète (salla Allahou a3leyhi wa salam) a dit :

"l'homme demandera au paradis :" qu'a fait mon ami untel?" et son ami sera en enfer. Allah dira :" faites sortir son ami du feu et emmenez le lui". Ceux qui resteront en enfer diront : "nous n'avons aucun intercesseurs, ni amis intimes!""

L'imam hassan el basri, un illustre savant musulman -rahimahuLlâh-(21 hijri à 110 hijri) disait:

"Entourez vous d'un grand nombre d'amis croyants. car ils pourront intercéder en votre faveur le jour du jugement dernier...
Et le fidèle ami est certes celui qui t'aide dans ton cheminement vers le paradis..."

Ibn el jaouzi (illustre savant 510hijri-592hijri) -rahimahuLlâh: a dit un jour à ses compagnons :

"Si vous ne me trouvez pas au paradis, demandez de mes nouvelles", puis il éclata en sanglots

Je vous demande sincèrement: si vous rentrez in châ aLlâh au paradis, n'oubliez pas de demander de mes nouvelles.

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2012 6 27 /10 /octobre /2012 19:07

2477227633_ef625d90bb.jpgPour certaines femmes et encore beaucoup de jeunes filles, leur corps a encore de nombreuses zones inconnues. L’hymen en fait partie et rencontre certains tabous. Preuve de virginité pour certains, il n’a aucune fonction physiologique et son anatomie connaît de nombreuses variantes.

L’hymen est une membrane muqueuse plus ou moins importante (selon la femme) fermant plus ou moins l’entrée du vagin, juste derrière les petites lèvres. Mais en générale, cette fermeture n’est pas totale.

Différentes morphologies

Situé environ à 1 ou 2 centimètres à l’entrée du vagin, l’hymen n’est qu’une petite membrane, faite généralement de 2 parties. Mais il existe en fait plusieurs anatomies où l’ouverture varie, voir même est inexistante. Dans sa forme la plus générale, l’hymen est ouvert, car anatomiquement, si il était fermé, les menstruations ne pourraient pas s’écouler.

La forme la plus courante de l’hymen est l’hymen annulaire qui a une ouverture centrale. Mais on trouve aussi l’hymen semi-lunaire (l’ouverture est contre la paroi vaginale), l’hymen labié (qui a une fente horizontale ou verticale très mince), l’hymen bridé (qui est traversé d’une bande de peau résistante), l’hymen criblé (qui est percé de plusieurs petites ouvertures), l’hymen en carène,… Dans certains cas, souvent diagnostiqués à la naissance, l’hymen peut être totalement clos, ou très résistant et épais (ce qui entraîne pour certaines une douleur très importante lors de la relation sexuelle). Dans ces deux cas, une incision ou excision peut être faite chez son gynécologue (l’intervention est une hyménotomie).

Lors de son ouverture (naturellement), l’hymen est généralement déchiré en plusieurs lambeaux (appelés caroncules hyménaux qui cicatrisent par la suite), mais il peut aussi se dilater sans se déchirer. Et dans certains cas, il peut ne pas s’ouvrir si il est trop rigide.

La rupture hyménale

La première relation sexuelle pour une femme entraîne, dans la plus part des cas, une rupture hyménale (ou défloration) si celle-ci n’a jamais eu lieu. Car l’hymen ne rompt pas forcément avec un rapport sexuel. De forme et de résistance variable selon les femmes, il peut être déchiré durant son enfance lors d’activités physiques (gymnastique, danse, vélo,..) ou de divers traumatismes (comme une chute).

Lors de la relation sexuelle, lorsque l'ouverture de l'hymen est trop petite, elle s'élargit en se déchirant. Cela peut provoquer une douleur et un saignement. Mais, certaines filles vierges n'ont pas mal et ne saignent pas, car la membrane est déjà suffisamment perforée, ou elle est très élastique et se distend sans problème.

Lors des premiers rapports sexuels, l’hymen persiste sous forme de lambeaux entourant l’orifice vaginal. Ces lambeaux peuvent toujours exister même après un accouchement. Lorsque la femme vierge et a l’habitude de mettre des tampon pèriodique, la première pénétration se passera plus facilement et pratiquement sans douleur.

Hymen et virginité

Stop aux idées reçues. Ce n’est pas parce que l’hymen de la femme est déchiré qu’elle n’est plus vierge. Il faut savoir, qu’une femme vierge peut avoir un hymen suffisamment ouvert et peu vascularisé, ce qui n’entraînera pas de saignement lors de sa première expérience sexuelle. 10 % à 20 % des hymens sont en effet qualifiés de "complaisants" : souples, ils ne cèdent pas d'emblée.

De nombreuses personnes considèrent l'intégrité de l'hymen comme un témoin de la virginité féminine. En réalité, il ne prouve rien en matière de virginité car les nombreuses variations anatomiques de l'hymen de la femme ne permettent jamais de déterminer avec certitude, si il y a eu ou non pénétration par un sexe masculin. En effet, il existe des hymens très souples qui ne se déchirent pas lors d'un rapport sexuel, d'autre part, certains hymens peuvent avoir été déchiré par pénétration de doigts ou d'accessoires, ou même à la suite d'un traumatisme physique. Donc, une femme peut se considéré comme étant toujours vierge à partir du moment ou elle n'a pas eu de relations sexuelles avec pénétration d'un sexe d'homme.

Dans certaines cultures, le fait que la femme ne saigne pas lors du premier rapport est assimilé au fait qu’elle n'est plus vierge, ce qui peut être vrai mais aussi totalement faux !

Le saviez-vous ?

A l’époque de La Fontaine ou de Boileau, le mot hymen était utilisé en poésie, car il était la métonymie poétique du mariage.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 23:34

487411 463125543710214 502869345 n 002

Partager cet article
Repost0