Article publié le 18 mars 2011 – Mise à jour le 7 avril 2013.Sirine, 15 ans, d’abord interdite de cours pendant trois mois, vient d’être exclue de son collège. Son tort ? Officiellement, porter un bandeau, pas un hijab, un bandeau de cinq centimètres sur la tête, et une jupe longue. Officieusement, c’est parce qu’elle est musulmane. En France : un bandeau + une jupe longue + musulmane d’apparence = atteinte à la laïcité. La haine de l’islam et des musulmans, l’islamophobie d’État s’est une nouvelle exprimée sans que cela ne suscite de tollé. Sirine, 15 ans, trop musulmane pour porter une jupe longue. En 2011, cette haine s’exprima au lycée Auguste-Blanqui à Saint-Ouen (93), voir l’article ci-dessous et au lycée Jean-Jaurès à Chatenay-Malabry (93)

 

Le voile n’est pas un problème, le halal n’est pas un problème, les prières ne sont pas un problème, l’arabe n’est pas un problème. Le problème, ce sont les musulmans. Quoi qu’ils fassent, quelles que soient les concessions qu’ils accepteront de faire, la haine de ce qu’ils sont, la haine de ce en quoi ils croient demeurera.

L’islamophobie actuelle, qu’elle soit étatique ou ordinaire, n’est pas conjecturelle. Elle ne s’éteindra pas avec la fin des cantonales ni même après la présidentielle. Pas un jour sans que la basse politique ne vienne éclabousser le débat public de son purin. Pas un jour sans qu’on ne puisse ouvrir un journal, allumer sa télévision, consulter un site d’information sans que l’islamophobie la plus fétide ne vous saute aux visages. Le climat est si délétère que tenir une comptabilité des actes et des propos islamophobes est en passe de devenir une activité à plein temps. La France est malade, malade de ses démagogues qui ont décidé de la séquestrer plutôt que de la soigner, la chérir et l’aimer.

La situation est si grave, que même le CRIF (conseil représentatif des institutions juives de France), qui pendant des années a soufflé sur les braises, a décidé de taper du poing sur la table (ceux qui parlent de l’islamisation de la France sont guidés par la même obsession xénophobe que ceux qui dénonçaient la judaïsation de notre pays dans les années 1930. L’étranger, quel que soit son visage, reste responsable pour l’extrême droite des maux de notre société. Le Monde, " Le discours de Mme Le Pen menace juifs et musulmans" , Richard Prasquier, président du CRIF). Hier, les islamophobes taisaient leur haine. Aujourd’hui ils la disent, ils la clament, ils la vocifèrent. Partout en France, le racisme ordinaire devient coutumier et s’installe. Mercredi dernier, nous apprenions, par exemple, que la proviseure adjointe d’un lycée de Saint-Ouen, près de Paris, le lycée Auguste-Blanqui, fichait ses élèves musulmanes. Pas toutes. Seules celles dont on ne voit jamais ni décolleté ni jambes ni la moindre courbe sont dans le collimateur de cette fonctionnaire. Convoquées, les lycéennes se sont entendu dire qu’elles devaient venir en cours « en jean et en T-shirt comme tout le monde » sous peine d’être exclues du lycée. Leur crime ? porter des robes longues unies, des robes jugées « trop ostentatoires ». Pour la direction du lycée, le délit est constitué, la proviseur et son adjointe veulent donc sanctionner.

Le CCIF (collectif contre l’islamophobie en France) a vivement condamné cet énième acte islamophobe. Le CFCM ne dira rien ou fera tout au plus une déclaration timorée, si tant est évidemment que l’UMP et le président l’y autorise. La mosquée de Paris réagira peut-être à condition que ce ne soit pas Dalil Boubakeur qui, après une déclaration courageuse, puis la visite du maire de banlieue Jean-François Copé, a retourné sa veste, suscitant une immense colère dans les différentes fédérations régionales de la GMP (grande mosquée de Paris).

Il reste les musulmans, les simples particuliers, ceux qui sont tous les jours en première ligne, ceux qui sont sur le front. Ceux-là doivent réagir, ceux-là doivent agir. Des manifestations sont prévues début avril pour dénoncer le débat de la honte, le débat contre l’islam. Si vous êtes de ceux qui y participeront, nous vous invitons à télécharger l’affiche ci-dessous (en cliquant – clic droit de la souris, puis « enregistrer sous » – sur le lien suivant : Robes trop ostentatoires). Pour l’agrandir, cliquez sur l’image. Si vous ne prévoyez pas de manifester, il vous est toujours possible de diffuser au plus grand nombre cette affiche. Faites-le. Envoyez-la par mail. Mettez-la sur votre mur Facebook, sur votre mur Twitter. Imprimez-la ne serait qu’en quelques exemplaires et mettez-la dans la boîte aux lettres de dix de vos voisins. Ne faites rien, faites juste cela. C’est l’effort de toutes et tous, de chacune et de chacun, qui pourra contenir et faire reculer l’islamophobie. C’est en agissant tous que nous permettront in cha’a-Llah que cet après-midi, demain, la semaine prochaine, les islamophobes auront plus de scrupules à islamophober en rond. Nous sommes tous des victimes potentielles, nous sommes tous des cibles choisies. Protégeons-nous, agissons.

 

Islamophobie - des robes jugées trop ostentatoires

Contact lycée Auguste-Blanqui

Lycée Auguste-Blanqui, 54 rue Charles-Schmidt 93404 Saint-Ouen
Téléphone : 01 49 18 16 80
Télécopie : 01 49 18 16 84
Email : ce.0930126g@ac-creteil.fr
Secrétariat du Proviseur : 01 49 18 16 81
Secrétariat des élèves : sec.eleves.blanqui@gmail.com